12
sept

La Guérison Quantique

 

Ce livre, au titre racoleur (bien sûr, écrit par un américain) aboutit à des résultats surprenants, en dehors de toute logique. Frank Kinslow

pourrait se révéler un doux illuminé de la tendance New Age – j’avais un peu peur de découvrir un livre idiot d’un gars croyant avoir réinventé la roue et essayant de se convaincre lui-même de l’importance de sa propre pseudo-découverte – mais visiblement, derrière sa technique ultra simple, il y a des années de méditation et de recherche de Soi.

 

 

La technique conviendrait parfaitement aux paresseux, puisqu’il s’agit de ne rien faire, de ne rien attendre : d’abord formuler une demande, puis poser deux doigts sur un muscle, ensuite ressentir simultanément la sensation sous chaque doigt, puis l’état dans lequel on est, et enfin rester conscient de ces trois sensations en même temps. C’est simple, non ? Mais comment cela pourrait-il donner des résultats ? C’est ce qu’explique Frank Kinslow dans la première partie de son livre et je pense qu’il est fondamental de le comprendre.

 

Le livre comporte 18 chapitres, mais se divise grossièrement en trois parties. Dans cet ouvrage, Frank Kinslow donne tout. Il n’aboutit pas, comme la plupart des livres dans le milieu, sur un séminaire ou un cursus à suivre. Ce n’est donc pas un « livre-pub » pour sa propre fabrique. Non. Là, il donne tout et il n’y a pas besoin de plus parce que c’est simple, ultra simple et qu’il n’y a pas plus à dire. Son intention est que tout le monde puisse le faire.

 

 

Première partie : la Conscience pure

Je répète souvent en consultation que pour être heureux, il faut corriger ses propres représentations de la réalité afin d’essayer de les faire correspondre au mieux à celle-ci, telle qu’elle est et non pas telle que nous aimerions qu’elle soit. Si vous manipulez par exemple un pistolet en le prenant pour un marteau, vous risquez de vous faire mal. Il est donc important de bien comprendre un outil pour pouvoir l’utiliser à son plein potentiel. C’est le rôle des six premiers chapitres du livre, où l’auteur aborde la notion de Conscience pure en expliquant pourquoi elle permet la guérison. Pour cela, il détaille très simplement ce qu’est la pensée, les émotions et d’où elles viennent.

 

Pensées et émotions s’associent en formes-pensées. Elles naissent de la Conscience pure et s’en détachent, devenant autonome et se dotant naturellement d’une sensation d’abandon et de peur, puisque séparées de leur source. Or nous sommes le résultat de ces formes-pensées. Celles-ci prennent vie dans notre mental et nous croyons être ces pensées. En revenant à la Conscience pure, tout cela s’efface et un effet de résonance apaise et dissout l’ensemble des formes-pensées toxiques, et donc leur effet matériel dans nos vies.

 

La Conscience pure n’est pas le fruit de notre cerveau, comme le sont les formes-pensées. Pour la retrouver, il ne faut donc pas utiliser le mental. La Conscience pure est une sensation au-delà des émotions (pas dans le sens de plus haut ou d’éloignement, mais dans le sens qu’elle n’est pas faite d’émotion).

 

 

Seconde partie : l’Eufeeling

Les expériences de béatitude, de félicité ou d’Amour inconditionnel ne sont pas des émotions. Elles apparaissent au contraire lorsque le mental cesse, lorsque nous arrêtons de nous identifier à nos formes-pensées. Pour les différencier de nos émotions, l’auteur  a nommé ces états Eufeeling (terme condensé de l’anglais « feelings/sentiments » et « euphorics/euphorique », signifiant « joie sans objet » ou « félicité »), parce qu’il s’agit bien d’une sensation, mais où les émotions n’y entrent pas. Si elles y entraient, l’eufeeling cesserait.

 

Retrouver cet état n’est pas compliqué. Il suffit de se mettre en position d’observateur de ses propres pensées et de noter la sensation à ce moment-là, puis d’étirer le temps de cet état. La technique proposée est simple : pensez à des choses positives, puis de manière inattendue, prenez de la distance et observez la pensée en court quelques instants. Vous la voyez à présent de l’extérieur et ne vous y identifiez plus. Vous venez de prendre conscience que vous n’êtes pas la pensée – ni les émotions qui vont avec – mais la conscience qui, maladroitement, croit être et qui vit ces formes-pensées comme si elle était cela. Rester dans cet état s’appelle l’Eufeeling.

 

« La Conscience pure ne peut s’appréhender que par l’absence d’expérience ».

 

 

 

Troisième partie : La technique et sa mise en application

La technique se déroule en 2 étapes : l’intention et l’eufeeling.

 

D’abord, formulez mentalement votre demande de manière précise, positive et au présent, puis détachez vous en complètement. Ne vous attendez à rien.

 

Ensuite, comme expliqué plus haut, utilisez le procédé de triangulation qui consiste à poser un doigt de chaque main sur un muscle (choisissez de préférence un muscle qui présente une contraction anormale), de sentir successivement la sensation perçue sous chaque doigt, puis de percevoir les deux sensations en même temps et enfin, d’y ajouter l’eufeeling qui se dégage par cette simple perception simultanée (en même temps). Enfin, restez dans cet état jusqu’à relâchement musculaire qui marque la réussite de la technique.

 

Le fait de se pencher sur ses sensations permet de dévier l’attention sur autre chose que sur la demande faite précédemment. Il est impératif de s’en détacher et de ne rien attendre parce que le chemin pour arriver au résultat reste, quoi qu’il arrive, inattendu. Il vaut mieux donc ne s’attendre à rien, sous peine d’orienter le processus dans une mauvaise voie et donc, dans une impasse.

 

 

 

 

Alors la question ici est : est-ce que ça marche ? Eh bien je dois dire que pour ma part, c’est déconcertant. J’ai testé au cabinet, en secret, sans rien dire aux gens, en l’ajoutant simplement à mes techniques habituelles. Les résultats sont automatiques, similaires à ce que je faisais dans certains cas en « dialoguant » avec les cellules du corps, mais bien plus performants et surtout, reproductibles. Je dois même dire que maintenant, je comprends mes échecs quand j’utilisais ma propre technique personnelle qui déjà, était très surprenante. C’est d’elle dont je parle dans l’article « Pourquoi souffre-t-on ?»

 

Je ne saurais trop recommander ce livre. Achetez-le. Lisez-le et surtout : pratiquez-le. J’aimerais que tout le monde puisse utiliser cette technique, mais il existe deux grands freins à sa réussite : nos croyances la concernant (parce qu’après tout, c’est incroyable qu’en ne faisant pas grand-chose, on ait autant de résultat ! et puis parce que la force de la Conscience emprunte le chemin de nos croyances) et notre compréhension de la Conscience. Je ne sais pas si tout le monde saisit ce qu’explique l’auteur, même s’il simplifie franchement remarquablement. Je l’ai lu avec mes expériences et mes propres recherches sur la Conscience et le Soi. De ce fait, je peux garantir de la grande qualité du contenu de ce livre, mais les gens auront-ils conscience de la portée de ce qui s’y trouve ? Ne mélangeront-ils pas tout ? Quelle différence entre notre conscience et la Conscience pure ? Il manque certaines définitions qui permettraient à chacun de comprendre la place de l’Homme et ses différentes structures, bref, son propre mécanisme psychique. Mais, il faut le dire, ce livre est d’une grande qualité malgré cela. Ce n’est peut-être pas pour rien si en Amérique, il reste au top des ventes dans le domaine de la santé.

 

Ceux qui l’ont lu et qui l’ont pratiqué, qu’en pensez-vous ? Je serai curieux de savoir ce que vous en avez retenu et ce que vous en avez fait. Avez-vous eu des résultats comme j’ai pu en avoir ? Racontez-nous votre expérience parce que la mienne est sincèrement positive !

 

 

 

Si vous souhaitez le commander, passez par ce lien d’affiliation, en cliquant sur l’image :

 

Wladislas BARATH

Profitez-en !

Inscrivez vous à ma newsletter. Vous serez ainsi informés de tous mes nouveaux articles dès leur parution et recevrez également le manuel complet d'E.F.T., une technique révolutionnaire pour se libérer des émotions toxiques.



Partagez et faites profiter

102 Commentaires + Ajouter un commentaire

  • Bonjour,
    Je viens de lire votre article sur la Guérison Quantique.
    Je me suis procuré depuis peu le livre que je trouve très intéressant. Je commence à pratiquer et à entrer en contact avec la conscience pure. Je ressens très bien le calme, la joie parfois et je suis ravi d’avoir commencé cette pratique. Je regrette qu’en français il n’y ai pas plus d’articles sur internet ni de vidéo sur la pratique afin d’en savoir plus en complément du livre, Je ne parle ni ne comprend l’anglais.
    Toutefois au niveau résultat sur la douleur je ressens un soulagement mais la douleur revient plus tard. Je pratique également à distance mais sans résultat visible à ce jour, peut-être je m’y prends mal au niveau du lâcher prise, peut-être pouvez-vous m’éclaire davantage.
    Avez-vous expérimenté d’autres domaines avec des résultats, car il est dit que nous pouvons avoir des résultats positifs dans tous les domaines de nos vies? A ce jour je n’ai pas observé de résultat par exemple : chercher une place de parking ou autres.
    Merci de votre réponse
    Cordialement
    Alain G.

    • Bonjour,

      L’auteur affirme qu’il n’y a pas plus à savoir sur la technique. Elle suffit. Il n’y a rien à ajouter malgré sa simplicité. L’intellect bien-sur est en manque, mais la guérison, quelle qu’elle soit, se passe loin du mental. Certes, on a envie de comprendre. Ce n’est pas nécessaire, mais ce n’est pas néfaste non plus de chercher la connaissance. Il est dangereux en revanche de camper sur ses idées et ses croyances. Si chaque chose est à sa place, que l’on accepte que nous ignorons beaucoup de la réalité et que nous sommes prêts à nous ouvrir à cette immensité que nous ne comprenons pas, cela est bénéfique. Sinon, pourquoi le mental dans l’évolution de l’homme ?
      Le plus dur dans cette technique est de ne s’attendre à rien. Formuler une demande et ne plus s’identifier à ce que nous croyons de nous, juste rester dans les perceptions. Cela peut être difficile au début, parce qu’il s’agit d’un état difficilement descriptible. Ce qui ne veut pas dire qu’il s’expérimente difficilement ! Mais si on se fait une idée erronée de cet état et qu’on court après celui-ci, le résultat ne sera pas au rendez-vous. Il faut donc oublier toute idée préconçue et se jeter dans cette expérience inconnue avec « innocence » ou avec un « cœur pur », comme diraient certains textes sacrés.
      Pour ma part, lorsque vous avez écrit ce commentaire, j’ai fait la technique sur des fractures de côtes (la chute avait eu lieu une semaine auparavant et la personne hésitait à venir en raison de la fraîcheur de son accident). Et pourtant, il avait les yeux grands ouverts lorsqu’il découvrit en bougeant que les douleurs avaient disparu, juste en posant deux doigts sur son avant-bras quelques secondes! Personnellement, j’adore surprendre positivement les gens et leur montrer les propriétés étranges du corps humain, et cette technique a de quoi surprendre.
      Elle fonctionne bien également sur l’aspect psychologique.
      Personnellement, cela a enrichi une fois de plus ma pratique et j’expérimente de nouvelles choses sur la nature humaine. L’Univers et la Nature me fascinent.
      Sur les objets, je faisais la technique ho’oponopono et c’est vrai que – quand ça fonctionne – c’est déroutant. Et parfois, ça ne fonctionne pas comme on voudrait, mais qui a dit que nous contrôlons tout. Je pense que nous vivons dans un système où tout est intriqué. Et que l’écologie de ma petite vie ne peut aller au détriment de l’ensemble. Alors, j’accepte de ne pas comprendre, je laisse faire et j’observe. Il y a toujours une petite leçon à apprendre derrière.

  • Bonjour,

    « J’ai expérimenté la technique du portail comme indiqué dans le livre, et l’expérience vécue est inoubliable. En me focalisant sur le mot « Amour » que j’ai choisi, j’ai tout d’abord ressenti des picotements, des fourmillements… et après je voulais allée plus loin. C’est là qu’une nuit, je me suis réveillée, connectée à « quelque chose de doux, de bien, une sorte de félicité, et ce que j’ai ressenti.. c’était que j’étais « un »… il n’y avait à cet instant plus de division…c’était formidable. Je vous souhaite à tous de l’expérimenter… comme son nom l’indique si bien… le portail, c’est une ouverture… il suffit « de le traverser ».

    • Bonjour Anne,

      tout comme toi j’ai vécu cette experience extra!
      Personnellement je n’avais pas mis en application ce que cet auteur propose, je n’ai pas lu son livre.
      Je fais par contre de la méditation régulièrement, j’essaied e calmer les pensées puis de m’en detacher, de les laisser passer devant moi comme des nuages, sans m’y accrocher, et c’est peut etre ça qui m’a fait vivre ce moment de plénitude parfaite.
      Tout comme toi je me suis réveillée une nuit, j’étais déjà « bien » (ce quietait assez rare à la periode que je traversais) et puis j’ai eu la sensation que ma chambre s’éclairait, comme si le jour se levait rapidement, une lumiere douce, blanche, enveloppante, rassurante. je n’ai pas voulu ouvrir les yeux, de peur de perdre ce moment précieux que j’etais en train de vivre tout ça pour « voir » avec mes yeux!
      J’ai donc juste vécu l’experience et cette lumiere fut accompagné d’un « courant d’amour » comme je l’ai appelé. Un courant de bien etre, de sérénité parfaite, de plénitude, de complétude, que les mots n’arrivent pas à retranscrir. J’étais heureuse, mais pas euphorique comme quand on « réagit » à une bonne nouvelle par exemple, en fait j’etais juste bien, en harmonie avec le tout. c’était extremement plaisant.
      Par la suite j’ai ressenti ce courant me traverser à d’autres reprises, sans la lumiere, pas forcément dans la nuit, je ne fais pourtant rien de particulier dans ces moments là.
      Alors je m’arrête et je profite, je bois ce moment et j’en profite en pleine conscience.
      Qu’est ce que c’est agreable, surtout lorsque l’on sort de très très dur moments…

  • re bonjour, c est encore moi
    je cherche un praticien du Quantum TOUCH dans ma ville de Metz et département de la Moselle
    Avez vous des adresses ? MERCI

    • Non, malheureusement, je n’en connais pas.
      Je crois qu’il existe des formations en QT en France.
      Il faudrait leur demander les adresses de praticiens.

    • Bonsoir
      pouvez vous me dire si la méthode de Kinslow est différente avec celle de la reconnexion d’enrichir pearl
      et de Bartlett ?
      Thomas ton therapeut programme toi le tu vas être très surpris
      merci à bientôt

  • Bonjour
    Je ne lis que des résultats positifs sur cette méthode des 2 points.Personnellement, je n’obtiens pas de résultat.J ai bénéficié d’une séance a distance : idem, aucun résultat…je suis donc étonné par cet « encensement » de la méthode kinslow…mais on va me dire : « t’es ds le mental mon gars ».J’aimerais connaitre le pourcentage d’échecs car on ne parle ici que de résultats positifs.
    MERCI

    • je te résume tous n’est pas que résultat pour moi on plus car je suit très très dans le mentale
      mais je peut te rassurer et te dire que plus tu pratiquera plus tu y arrivera commencé par des banalités comme avoir une place dans le bus ou métro avoir ton bus ou ton métro à l’heur
      je ne suit pas un grand thérapeute de la Matrice mais je l’aime tellement que je vais avencer avec elle

  • Bonjour à tous.

    Je pratique la méthode des deux points et Matrix énergétique . A présent je fait les exercices du livre « Le mode de vie quantique » et je vais me procurer la guérison quantique.

    Je dirais que j’ai d’exellent résultats de ces méthodes depuis janvier .
    Je crois personnellement que le niveau de conscience de la personne qui pratique est important dans le sens que le mental n’a pas de place dans ces méthodes. On va audelà …

    Personnellement, quand les résultats ne sont pas à la hauteur, il se peut que l’on doive travailler sur les résitances que la personne à mis en place par rapport aux changements et ensuite travailler la problématique. Si le thérapeute à une grande sensibilité il peut sentir directement les résitences…

    IL y a des seminaire de la méthode des deux points en Belgique et france…
    Ces trois méthodes on pour moi une même base et si vous désirez bien comprendre ce monde vous pouvez lire les livres de Bartett qui sont complémentaires…
    Des fois il suffit d’un mot ou d’une phrase pour changer votre compréhension.

    Si vous lisez « mode de vie quantique » il dit que des fois il travaille plus d’une fois sur la personne…et si je ne me trompe pas il me semble avoir vu sur certains sites de ces méthodes que les thérapeuthes proposaient plusieurs séances à distancce.

    Pour ma part, quand c’est quelque chose de bien instauré, j’ai remarqué qu’il vallait mieux faire trois séances mais je vous avoue aussi que sur des douleurs une séance était suffissante…

    Dans ce monde quantique il est important de bien regarder si on n’a pas des croyances limitantes afin de pouvoir exercer ces méthodes et d’arriver aux miracles

    Bon travail à tous

  • Bonjour

    Merci M. Barath pour vos commentaires sur Frank Kinslow et QE, nous partageons le même opinion quand à la sage simplicité du personnage et du partage de sa méthode. Attiré par cette clarté j’ai souhaité le faire venir en France afin que ce type de méthode se connaissent de plus en plus.
    Peut-être que savoir qu’il vient pour la 1ère fois à Paris les 19 et 20 octobre peut vous intéresser ainsi que vos lecteurs.
    Si le coeur vous dit de partager cette information cela m’aiderait dans cette mission
    Vous en remerciant par avance, Quantiquement vôtre
    Sophie

    • Merci ;)

      Connaissez-vos la méthode des deux points ?
      http://www.resonance-quantique.com/d%C3%A9veloppement-de-la-m%C3%A9thode-des-2-points/

      Une patiente m’en a parlé et je ne sais pas quoi en penser.

      • Bonjour,
        je suis allée sur le site dont vous parlez concernant la technique des 2 points ainsi que sur le site en allemand de Frauke Kaluzinski qui développe cette méthode.
        http://www.heilehaus-holtorfsloh.de/
        D’après ce que j’ai compris il s’agit d’une autre façon d’aborder la guérison quantique, ou de la nommer autrement que celle de Kinslow, peut-être question de marketing…. Car il y a aussi 3 points en fin de compte, tout comme chez Kinslow.
        Ce qui me dérange dans les 2 points, c’est, entre autre, le prix des séminaires: 300 € pour 2 jours (il y aura un stage à Colmar au printemps). Et sur la vidéo rien n’est au fond vraiment expliqué.
        Je viens d’acheter le CD d’aide à la méthode de Kinslow. Il existe maintenant en allemand, 2 CD pour 14 €, là c’est vraiment abordable! Je n’ai pas encore tout écouté, mais rien que le premier CD est excellent, un voix qui est agréable, bien compréhensible. C’est la traduction du CD de Kinslow, et là je trouve qu’on comprend bien mieux ce qui est expliqué dans le livre de la guérison quantique. Une version française serait à souhaiter, mais de la même qualité, une bonne diction, sans emphase, et où on peut suivre en temps réel tous les exercices proposés, et qui sont bien progressifs.

  • Bonjour tout le monde
    Ici chacun encense la méthode des points.J’ai lu le livre , un praticien « diplomé » a essayé sur moi pour guérir ou soulager l’arthrose a distance.Je répète : AUCUN résultat.Alors , en toute humilité , j’aimerais que l’on réessaie sur moi en m’envoyant un mail pour échange de coordonnées…il y a un coté magique ds cette méthode des deux points qui me gene.Mais je suis OK pour etre cobaye…Y a t il un praticien pour annuler ma dubitativité ?
    MERCI

  • Une méthode fantastique !
    Beaucoup de personnes comme – Frauke Kaluzinski – la pratique et la font évoluer c’est d’ailleurs la volonté de Frank Kinslow.
    Toutefois, rencontrer son créateur est – me semble-t-il – passionnant. Je vous laisse vous faire une idée, vous trouverez toutes les informations en français le concernant sur ce site http://www.guerisonquantique.blogspot.fr/

    Je ne connais pas suffisamment le travaille du Dr. Richard Bartlett donc n’en parlerais pas mais je connais bien celui de Grégori Grabovoi qui est aussi admirable.
    S’il était plus simple de le faire venir, c’est quelqu’un que j’aurais volontiers invité aussi car toutes ces approches sont à mon sens très complémentaires et toutes aussi passionnantes.

  • Pour répondre à Roland : chacun peut prétendre sur Internet avoir utilisé avec satisfaction telle ou telle méthode de guérison, ou de traitement. Comme dit l’expression populaire :  » ça ne mange pas de pain « . Aucune vérification n’est possible et, ne s’agissant pas de procédés scientifiques, aucun protocole n’est établi dans le but de réaliser des expériences reproductibles confirmant ces dires et allégations. Si, et je dis bien  » si « , certains résultats sont atteints, ils peuvent être apparentés à l’effet placebo bien connu. La psychosomatique n’est plus à démontrer ; on admet maintenant, à juste titre, l’interaction entre le mental et le corps. Il est donc possible de soulager une douleur, voire de guérir une affection !!! bénigne !!!, à partir du moment où le patient  » croit  » fermement en une guérison possible. Quant aux guérisons miraculeuses de cancers ou autres maladies graves, s’il-vous-plaît, éviter de tomber dans ce piège.

    • Comment se fait-il donc que lors que ces pratiques sur des enfants en bas âge, voir des bébés ou des animaux cela fonctionne-t-il? j’en ai été le témoin.; donc l’effet placébo est à réfuter dans ces cas n’est ce pas?

      dans ma région les hopitaux font appels aux coupeurs de feu!! et sans que les patients le sachent!!!

      Ce n’est pas parce que on ne peut démontrer les choses qu’elles n’existent pas sur un autre domaine bien plus haut placé que l’égo de l’être humain..

  • Merci pour le partage de ce livre.
    Je ne connais pas ce livre mais j’ai pratiqué pendant quelques années des méthodes issues des théories de la physique quantique. La première fut celle concernant les ouvertures temporelles et le déboublement du temps du physicien Garnier-Mallet et la dernière appelée Transurfing.

    J’ai rencontré de nombreuses personnes qui pratiquaient ces diverses méthodes et les retours sont les mêmes que dans les commentaires de ce blog : positives, négatives et neutres.

    N’en est-il pas ainsi pour toutes les méthodes scientifiques, psychologiques, énergétiques, spirituelles ?

    La grande différence, peut-être, est que ces approches sont « vendues », souhaitées ou perçues comme étant magique.

    L’humanité vit une grande crise existentielle et démunie recherche le merveilleux, le rêve, la magie. Si je souhaite avoir des légumes dans mon jardin, il y a des connaissances à avoir et des actions à réaliser.

  • je découvre le travail de Frank kinslow, je ne connais pas les 2 points mais j’ai entendu parlé d’eric pearl
    qui peut m’en dire plus ? entre kinslow et pearl les différences ?
    je vais m’acheter dès aujourd’hui le livre de kinslow!
    merci

  • j’ai lu ce livre il y a plusieurs mois …et je ne me souviens plus de tout …je peux simplement dire que je pratique une des méthodes recommandées ,à savoir :bloquer ses pensées par des pensées positives …par exemple si j’ai des difficultés à m’endormir ,je me répète sans relâche un mot positif et ça marche extraordinairement bien .

  • Bonjour,
    J’essaye cette méthode avec des résultats intermittents, mais ce qui m’accroche le plus c’est
    Le fait de ne pas mentaliser l’expérimentation, pour la simple et bonne raison que nous sommes en permanence dans l’intemporel de la perception, et que le mental lui, recharge une réalité temporelle.
    Bon, pour les protocoles je ne dispose pas d’infos alternatives plus précises (dommage) et il me semble qu’une partie non négligeable de cette méthode n’est pas révélée.

    • L’auteur semble avoir écrit son premier ouvrage à la va-vite pour protéger sa découverte. Je pense qu’il a approfondi ses recherches par la suite. En tout cas, dans son livre, on sent qu’il n’a pas vraiment saisi les rouages de ce phénomène, ni comment cela fonctionne. Je serais curieux de savoir où il en est aujourd’hui. Pour ma part, il manque beaucoup de choses dans son approche.

  • Bonjour,
    Les livres de Frank Kinslow sont très subtiles.Chaque phrase a son importance pour aboutir au ressenti. Et ils doivent être lus en prenant conscience qu’il existe de nombreux plans de conscience de la réalité. Pour ma part c’est la physique quantique qui m’a ouvert les yeux sur le carcan aveugle qu’est la vie au travers de nos cinq sens. De nombreux auteurs comme Gregg Bradden par exemple, ouvre l’esprit sur les autres possibles de la vie, non conditionnés par nos sens. Il ne faut pas prendre les livres en tant qu’enseignement mais comme base de ressentis. Seuls les ressentis inconditionnels sont la vérité. Pour ma part,56 ans de cartésianisme ont été mis de côté, grâce à deux ans, a l’heure actuelle, de ressentis de la Conscience qui nous entoure. Et Frank Kinslow en a été pour beaucoup ! Quand vous relisez ce genre de livres en vous disant a chaque phrase:  » mais oui c’est la verite! Je le ressens au plus profond de moi! « , vous avez pris conscience de la Conscience Pure. La physique quantique rejoint la spiritualité laïque pure, grâce a la découverte de la Conscience qui nous entoure tous! :-)

    • Et ça ne devrait pas l’être ! Cela devrait être limpide parce que simple.

      Il y a toutefois, en effet, une subtilité difficile à transmettre par l’écrit, surtout quand on est persuadé de tout connaitre. C’est pourquoi les traditions ne le transmettaient qu’oralement. L’instructeur s’assurait que celui qui écoute ait bien compris la subtilité : il n’y a pas que la réalité physique, et il existe une autre réalité « subtile », plus légère, moins dense et qui pénètre la matière. Celui qui veut traverser cette autre réalité, comme on traverse un fleuve avec une barque, pour voir ce qu’il y a au-delà, devait recevoir le sceptre. Mais il fallait payer un prix : sacrifier ses attachements à la matière. Cependant, il ne s’agissait pas d’une épreuve difficile, faite de tortures personnelles, etc. Le sceptre permettait de s’en libérer naturellement. Le sceptre n’est pas un outil externe, mais une méthode, une procédure. Malheureusement beaucoup d’interprétations ont mal fini : dégoût du corps, rejet de la femme, guerres, etc. Et c’est déplorable :(

      Aujourd’hui, on redécouvre lentement tout cela, des procédures transmisses de génération en génération depuis des milliers d’années, placées dans toutes les mythologies.

      Kinslow, dans son ouvrage, n’a redécouvert qu’une toute petite partie du mécanisme humain. Je ne sais pas s’il en sait plus, parce que je n’ai pas eu le loisir de discuter avec lui. Quant à la physique quantique, on pense qu’elle rejoint la spiritualité… Disons que les mystiques ont révélé la réalité telle qu’elle est, et que les matérialistes, avec la physique, se rendent compte que les anciens n’ont pas menti, mais que ceux qui ont cherché intellectuellement la compréhension de notre monde étaient dans une impasse, tout simplement parce que la réalité n’est pas limitée à nos cinq sens.

      C’est une belle avancée. Et pourtant, on peut encore aller plus loin : il est possible de pénétrer le mystère humain.

  • Bonjour ;
    J’ai soixante-trois ballais depuis le début du mois de février ; et en 2009 au joli mois de mai, dans certaine circonstance de mon état de conscience, je décide de franchir la frontière invisible de nos sens, par une action considérée par le déterminisme socio culturel comme hérétique, et pure folie.
    Seulement voilà, une fois laissé mon conditionnement au vestiaire des incertitudes, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une relation encore incroyable à intégrer dans mon quotidien anesthésiant et bien-pensant.
    Je regarde en ce moment l’écran de mon ordi, et là, il n’y a pas de notion de temps à intégrer au grès du vent des cotations de mes valeurs affectives, mais une densité d’échange qui se défibrille dans le silence.

    • Et… vous parlez de quoi ?
      Peut-on profiter de l’origine de votre moment extatique devant votre ordinateur ?

  • Je veux évoquer la relation avec la perception , avec où sans écran d »ordi^^sans interférence avec les informations conceptualisées de la mémoire.

  • Mais on peut constater à tout moment l’intemporalité de la perception sans essayer de cibler son acquisition.
    Et encore moins de faire interagir une notion de temporalité, qui peut être liée à l’envie de stabiliser le contenu du regard, mais il me semble qu’il n’y a pas de référence dans la perspective de ce qui est perçu. Devant ou sans écran, avec ou sans appui psychologique, on peut même suggérer que ce qui est perçu par les sens, n’a pas besoin de transiter par l’intervention d’une pensée, on ne peut pas revisiter la perception sans l’éventualité de dénaturer la nature de sa propriété intemporelle.

  • Kinslow n’a plus voulu faire de son livre un encyclopédie psychophysicospirituelle, mais plutôt chercher à nous transmettre un essentiel pratique de guerison. D’ailleurs il le précise bien. Il nous permet de prendre conscience de la conscience pure, je dis bien de prendre conscience mais au grand jamais de « connaître la conscience pure »! Les grands éclairés peuvent peut-etre avoir frôler une immersion dans la conscience pure. On peut comparer ceci avec nos problemes humains de constante de Planck du Big Bang. On frôle le debut des temps, mais le monde materiel limite la connaissance du « temps 0″a 10 puissance -43s. Mathématiquement, les Bogdanov ont decouvert que le temps de 0 s à 10 puissance-43 secondes correspond a de l’information , hors du temps et de l’espace. Mathématiquement. On peut penser (et ce n’est que personnel) que ce sont les premices (premiers « temps »)de la conscience qui nous entoure. On ne peut reellement connaitre quelque chose qu’en y etant immergé. Et avec notre petite conscience (qui est la conscience pure masquée par nos mental et sens), nous ne pouvons qu’en prendre conscience à notre niveau materiel mental temporel et spatial bourre de « casseroles ». Ce n’est qu’un trop peu.Comme le pensent les traditions anciennes, le mystere humain sera limpide quand on redeviendra conscience pure au delà du temps et de l’espace…C’est la mort physique qui nous ouvrirait les yeux sur le simple et le compréhensible… le passage du materiel a l’immateriel, analogue au passage des 10 puissance -43 secondes du Big Bang tendant vers le zero absolu…
    Tout ceci n’est qu’une synthèse d’auteurs qui ont trouvé par la science et ressenti par l’esprit.

  • Wladislas merci de nous permettre de débattre sur ce le thème de la conscience.
    Bonjour Philippe,
    Vous évoquez l’hypothèse d’un début cosmologique qui serait de nature onirique (informationnel) (cela reste encore à prouver) mais dans cette configuration intellectuelle, notre monde perceptif serait constitué de l’effet sans cause de cette substance.(principe de causalité inversé)
    Et là kinslow semble dévoiler une partie de sa méthode.
    si la nature du mystère humain ; est une structure composite d’information, et de mon point de vue il n’a pas tort, (tout est information) il reste à trouver l’utilisation de ce mécanisme subtile.

  • JL il me semble que je ne suis pas encore dans le plan de conscience dans lequel vous vous trouvez !
    Ce que je veux dire en rapport a ce que vous évoquez Wladislas, est que Kinslow fait ressentir la prise de conscience de la conscience pure. Ce n’est qu’une prise de conscience ressentie avec possibilite d’action effective sur la douleur. Mais on ne possede pas pour autant le »sixieme sens » des grands éveillés qui permet de frôler les barrières materielle-immaterielle, temporelle-intemporelle, spatiale-nonspatiale.
    Par contre l’information, la conscience,a ete decouverte mathematiquement sous contrainte des theoremes d’incompletude de Gödel…Elle a ete découverte par les grands eveilles de ce monde…
    Mais il semble qu’humainement, on ne puisse que s’ approcher de la Vérité en calculant comme les mathématiciens, ressentant comme les éveillés . Ca reste asymptotique, on ne fait que s’ approcher.
    Une immersion totale, honnete, vraie doit etre, comme vous le dites Wladislas,beaucoup plus simple. La conscience pure ne pourrait a mon sens se devoiler pleinement qu’a partir du moment ou on a quitte notre corps materiel, dépossédé de toute energie electromagnetique. La verite est ressentie lors des EMI. La verite n’est qu’approchee en tant que « vivant ».
    En revenant a Kinslow, il nous fournit un outil en piochant dans une possibilite de prise de conscience de le Conscience Pure. C’est un plan de conscience deja plus eleve que la moyenne! Et c’est deja pas mal!!!

    • Et pourtant, dans la manière dont vous formulez tout ça, il semble que vous ayez compris pas mal de choses, non pas intellectuellement, mais par expérience. Comprenez que si vous cherchez une vision purement intellectuelle du monde, vous serez dans une impasse parce que la nature n’est pas de cet ordre. Vous nourrirez votre mental, et pour cet raison, vous n’accèderez pas directement à l’expérience.

      Si vous êtes un chercheur, faites l’expérience, approchez-là avec curiosité. Vous pourrez la mettre en formule après. Mais pas avant. Parce que chaque fois qu’on vous donne un interprétation, vous vous attendrez à qlq chose qui n’est pas et vous vous éloignerez de l’expérience directe.

      Je suis surpris de la profondeur de vos propos et en même temps du doute que vous avez. Vous ne devriez pas, puisque vous pouvez y accéder. A moins qu’il y ait confusion sur certains points dès le départ.

      Je vous confirme que même s’il y a plusieurs vérités, il ne peut y avoir qu’une réalité, et qu’il est possible à chacun de la vivre de manière bien vivante. Il s’agit d’une certaine maturité de conscience, quelque chose que tôt ou tard, tout le monde arrivera, parce que c’est la force des choses. Le problème, c’est que tout le monde est focalisé sur l’aspect corpusculaire de la manière, oubliant qu’elle est et ne peut être que double, comme la lumière ! Elle est aussi ondulatoire.

      Personnellement, jetez le mot « énergétique » ou « énergie ». Il apporte confusion plus qu’autre chose.

      • Wladislas,
        Il suffit parfois de quelques mots pour se rendre compte qu’on derive dans une prise de conscience qui n’est plus du domaine de la subtilité. On dérive sans en cibler la cause. Un déclic s’ est produit grace a une de vos phrases: »faites l’experience, approchez la avec curiosité, VOUS POURREZ LA METTRE EN FORMULE APRES ». C’est tout a fait cela! Je me suis plongé , ou plutot replonge,dans un essai d’explication scientifique en ayant pas un recul spirituel suffisant !!!

        Depuis mes 14 ans, au travers de centaines de livres, j’ai été à la recherche d’une vérite que je sentais en moi… un  » quelque chose qui existe mais que je ne peux atteindre ». Mes jeunes annees etaient empreintes d’une misère et d’une souffrance psychologiques intenses. Ma vie familiale adulte (marié et père de trois enfants) et professionnelle ( au service de la douleur dentaire tout autant que de l’angoisse et des soucis psychologiques de mes patients) se sont déroulées dans un climat interieur de « paraitre » (en suivant le  » quelque chose qui existe sans pouvoir l’atteindre »), et base sur un amour coincé, cloisonne par des schemas. Mon entourage familiale professionnel et social n’en a jamais rien remarqué, voyant en moi plutot de l’assurance alors que tout n’etait que perpetuelle remise en question dans un vide interieure. Il fallait avant tout que tout tourne bien autour de moi.

        Je n’ai reussi a lever les barrieres qu’à 56 ans, il y presque deux ans: mon moi conditionné a vole en eclat grace a l’EMDR (que j’ai connu par hasard pour tenter de soulager des douleurs posturales intenses).

        La decouverte , la comprehension et la dissolution de mes schemas enfouis m’ont changé la vie au point de dire que je suis veritablement né a 56 ans! Perte de l’ego de défense qui m’était indispensable pour vivre dans le « paraitre » , perte de l émotivité, la susceptibilité et maintes autres emotions negatives de mes schemas et condirionnements… decouverte de l’Etre, de la Liberté…J’ai repris de plus belle mes lectures voguant entre vulgarisations sur psychologie, spiritualité, hypnose, physique quantique, guerisons quantique, osteopathie, cosmologie, conscience animale ,humaine…

        Des lectures et videos (que je ne developperai pas ici…), m’ont induit l’experience ci après.

        Le 26 janvier 2014, en revassant devant la tele, j’ai ete submergé par un inexplicable envahissement d’Amour inconditionnel, tellement intense que j’en avais mal au sternum. Sentiment d’une grande emprise de paix ne relevant pas du mental… A ce moment la, j’ai repris le livre de Franck Kinslow (laisse de cote un an plus tot car dans l’impossibilite de l’integrer). Je l’ai compris et ressenti dans ses moindres details! En y associant les mp3 de son site, je reussis a ressentir a la demande cette experience de prise de conscience de la conscience pure, du Eufeeling comme il l’appelle.

        Mais dans ce cas, (et merci encore Wladislas pour ton intervention!!!), IL NE FAUT PAS intellectualiser tout cela pour en chercher une explication scientifique , du moins quand on ne supervise pas suffisamment le sujet avec un profondeur de conscience plus etablie. Il faut lacher toute prise!!!

        Je vais suivre le seminaire de 4 jours de Winslow à Paris pour tenter d’approfondir tout cela dans le but de transmettre peut etre de la guerison mais surement encore plus de bonheur autour de moi…

        Si je raconte tout cela, c’est pour dire que dans mon cas,l’experience de la conscience pure ne m’a pas ete induite par des connaissances dans les livres. Les livres sont un support qui attestent que d’autres personnes ressentent comme vous. Mon evolution a ete successivement due a la digestion de mes emotions negatives enfouies dans l’inconscient , la prise de conscience du moment present, de l’Etre, la perte (sans l’avoir recherchee) de l’ego de defense, le lacher prise,… Apres il y a eu prise de conscience de corps mental conscience pure . Mais je suis encore tout « neuf »pour en parler car j’ai eu tendance a trop chercher des explications materielles…

        • Merci.

          Donnez-moi des retours de ces formations SVP. Je suis curieux de savoir où il en est.

  • Je n’y manquerai pas.
    Kinslow vient de sortir son nouveau livre en francais: Eufeelings. Intéressant et plus complet que les autres sur certains points.
    A bientôt.

    • Merci :)
      Je viens de le commander. J’ai hâte.

      Pour ma part, je n’ai pas tout à fait le même angle de vue que lui. A force de chercher, j’ai démonté petit à petit les rouages de notre Esprit. Je suis arrivé à une forme épurée et minimaliste de traitement. C’est pourquoi les écrits de Kinslow m’ont intéressé. Je fais, mais différemment, plus simplement, et je sais pourquoi ce qu’il fait, lui, marche. Je connais d’ailleurs le point commun entre toutes les thérapies et réalise que tout le monde interprète le phénomène pour le comprendre. Mais c’est ultra-simple et cela explique même le magnétisme, qui n’est – dans 80% des cas – rien de « magnétique », mais purement mécanique.

      Il est possible à chacun d’entre nous de voir ses propres créations, ses mémoires et c’est surprenant de découvrir comment nous avons été conçu.
      Le plus fou est de découvrir que cela est transmis au travers des grands textes avant que la religion n’y ai mis son nez.
      Nos anciens avait démonté tous les rouages de l’Etre Humain et nous l’avaient légué. Nous pouvons tous en faire l’expérience, sauf qu’on met la charrue avant les boeufs : nous avons peur d’être trompé et nous demandons des preuves avant d’en faire l’expérience. Mais quelle est la plus grande preuve que l’expérience directe et personnelle ? Ce qu’il faut comprendre, c’est que nous donnons vie à nos croyances et à ce que nous attendons intimement. Donc en partant d’un à-priori, d’une crainte, ou d’une attente, nous voguons irrésistiblement vers ces destinations, qui confirment une nouvelle fois que nous avions raison, etc. C’est un cercle vicieux dont nous n’en sortons jamais ! Nous créons une réalité mentale et nous y plongeons de plus belle. Le seule moyen d’en sortir est d’accepter l’inconnu. Accepter notre ignorance et de changer de dynamique : ne restez pas dans l’espoir (qui est construite sur la peur de l’échec), mais soyez curieux.

      Je vais vous dire le secret pour en sortir : vous n’êtes pas le mental. C’est le fruit de votre cerveau, rien de plus. Et vous n’êtes pas ce cerveau. C’est une machine à penser. Une machine à sensation. Vous n’êtes pas cela.

      • Wladislas,
        Avant tout, merci pour votre réponse. Je crois que j’ai encore du chemin à faire ! Car je sens votre « aboutissement » au travers de votre message. Vos mots « sonnent justes ». Et pour ma part, je ne pourrais pas encore les employer pour exposer des ressentis aussi vrais. Il me manque comme une subtilité pour réussir à franchir un mur.
        J’en suis aux ressentis des Eufeelings de Franck Kinslow : ces bouffées d’amour intense qui me comprimaient au début la zone du sternum, à me couper le souffle et à me faire mal. Je sens que ces sensations sont indépendantes du mental. J’arrive de plus en plus à les disperser en ciblant des zones du corps qui me font souffrir. Et la douleur s’estompe. Est-ce un début « d’apprentissage » d’un nouveau plan de conscience tel que vous l’avez ressenti ? Est-ce perfectible et comment évoluer ?
        Mon expérience d’Eufeelings est brève car je retombe rapidement dans le mental. Peut-être par peur de me lancer dans l’inconnu ? Peut-on accepter l’inconnu sans risquer de tomber dans un état modifié de conscience dans lequel on se perdrait ? Je sais que cette question reflète de la peur ; une peur que je sens identique à celle que j’ai vaincu il y a deux ans lors de la mort de mon moi conditionné après purge de mes schémas et émotions traumatiques infantiles, et renaissance en un moi réel sans égo de défense. (Quelques émotions traumatiques ont malheureusement « remasqué » ce moi réel mais cela est autre chose…)
        Je suis convaincu qu’on n’est pas notre mental mais je n’arrive pas à intégrer la subtilité. Je suis de plus en plus observateur de mon mental mais les responsabilités matérielles me font replonger : je suis un observateur « sur le qui vive » de mon mental. Faut-il réussir à être totalement spectateur sans conditions de l’outil qu’est notre mental ?
        Je lis des textes de spiritualité pure non conditionnée par les religions (Ramana Maharshi, Osho).Connaissez-vous des textes, des livres qui pourraient m’aiguiller dans ma recherche ?
        J’ai relu votre message une dizaine de fois et je ressens bien que tout le secret que vous avez découvert, est résumé dans vos dernières lignes. Mon plus grand souhait est de réussir à intégrer ceci, peut-être grâce à une subtilité de lâcher-prise, mais mon mental m’empêche encore d’y aboutir pleinement ; comme si des freins m’empêchaient de franchir un obstacle !

        • Je ne vous raconte que ce que j’ai expérimenté. Je ne peux pas parler d’autre chose.

          Pour les livres, non. Lorsque j’ai découvert comment ça fonctionne, je fus écoeuré. J’ai même pensé jeter toute ma bibliothèque. Je ne supporte plus les interprétations intellectuelles. Je n’ai gardé que les oeuvres instructives, celles qui apportent qlq chose. J’en ai d’ailleurs fait une rubrique. Plein d’auteurs pensent que s’ils commentent un ressenti interne, s’il tente d’éclairer une zone obscure d’eux-même, ça fait valeur de vérité. Même certains grands mystiques sont dans l’interprétation. Je sais qu’ils n’en ont pas fait l’expérience directe. Evidemment, on pourra dire que moi-même j’interprète. Oui, alors j’explique aux gens comment faire et ils voient exactement la même chose. Là, c’est plus intriguant.
          Pour l’heure, je ne veux pas disserter dessus. Je cherche, c’est tout. Je vérifie si c’est juste.

          Quant à vous, reprenez la base : qu’appelez-vous le mental ? Si votre vision n’est pas claire, vous ne partirez pas sur le bon chemin d’emblée.

          • Je me permets de vous solliciter une dernière fois!
            Je sais qu’on ne peut réussir à comprendre qu’au travers de sa propre expérience. Pour moi les livres de spiritualité ne sont pas des guides à suivre, (car cette expérience ne relève pas d’un apprentissage intellectuel) mais plutôt une confirmation de ce que je peux ressentir ; c’est de cette manière que je les lis ; les livres peuvent, c’est vrai aussi, m’orienter faussement !
            Ma définition du mental est la somme de tout ce que l’homme crée dans son cerveau à partir de ses conditionnements avec le monde extérieur et intérieur, conscient ou inconscient (pensées, émotions, sentiments (peur et amour), ego).
            Ceux-ci le modèlent depuis le début, que ce soit consciemment ou inconsciemment. A la naissance, un de ses seuls conditionnements est la douleur de sa naissance et peut-être quelques aléas de sa vie intra-utérine. Le nouveau-né est encore dans le non-mental, dans la conscience pure.
            L’homme va en général rester dans le conditionnement mental pour assumer sa vie et être en phase avec celles des autres. Mais c’est un chemin tracé avec des œillères !!! Et c’est la que pour moi tout est faux, malsain, injuste !!! J’ai pleinement conscience que la vie qui nous parcoure est pure, libre, vaste et basée sur la paix, l’amour, le bonheur, la compassion ; le tout de façon inconditionnelle, dans le non mental.
            J’ai toujours senti que ça devait être ainsi et je l’ai vécu il y a un an, de façon énorme (en comparaison des Eufeelings) ; comme si je voyais le monde du haut d’une pyramide et faisais corps avec lui, tout en pouvant ressentir le mental des autres dans un état de conscience hyperéclairé !). Ca n’a duré que quelques minutes. Mais pour une fois j’ai ressenti la vraie nature !!! Depuis je cherche…
            Pour cette raison, je glane des prémisses de mots et d’idées qui peuvent faire tilt, pour me guider et voir si à la base, je ne me trompe pas de chemin…
            Merci d’avoir pris votre temps pour me répondre ; il y a dans vos phrases des vérités qui ne me seront que bénéfiques. Je vous demanderais juste une dernière fois de me dire ce que vous pensez de ma définition du mental. Merci !

          • Le mental est l’association pensée-émotion et tout ce qui en découle. C’est bien de comprendre comment il fonctionne et quel est son rôle.
            Ce que j’essaie de vous dire, c’est que vous n’êtes pas ce mental. Pensées et émotions sont fabriquées par le cerveau et n’ont pas besoin de votre participation pour exister. Observez quand vous dormez : votre cerveau continue à créer les pensées sans que vous ne les influenciez. Alors la question est : qui êtes-vous ? La Conscience. Pas les pensées ! La Conscience !

            Le problème, c’est que la Conscience est fascinée par les pensées, comme Ulysse par les sirènes, et tout ce qui est d’origine émotionnelle vous propulsent obligatoirement dans le mental. Certaines personnes pensent que vivre, c’est avoir des émotions. C’est faux. Et quelle est le levier de ces émotions : la peur et le désir. L’un va toujours de pair avec l’autre.

            Alors voyez-vous, lorsque vous désirez éprouver l’Eufeeling, vous êtes dans un désir et donc vous êtes happé par le mental, qui est tout l’opposé. J’appelle ça un piège à con. Et le plus beau qui soit ! Vous voyez la subtilité. Et tout se joue sur ces subtilités ! Comprendre le mental est donc très utile pour en sortir.

            Je vais vous dire une vérité : la plupart des gens qui ont vécu des expériences au-delà du mental ne donnent jamais la clé. Il existe une « baguette magique » et je n’ai jamais lu un seul ouvrage qui en parle ouvertement. Cette baguette est en tout le monde. Elle est la base même de la vie. Je termine mes recherches et prépare un livre pour partager tout ça. Malheureusement, c’est long et difficile.

            J’espère que mon commentaire vous aidera.

  • J’ai lu les 3 livres de Kinslow , le livre de Bartlett. Le secret est ce qu’on appelle la transe (voir hype.n.ose.com) . Je ne trouve aucun résultat . ni avec la triangulation , ni avec les 2 points…je veux des éclairages .Merci.

    • Non, le secret n’est pas la transe telle que l’entend l’hypnose.
      Le secret est plutôt une subtilité entre ce que vous croyez être et ce que vous êtes réellement.

      Pour le reste, demandez aux auteurs !

  • Ca y est ! LUMINEUX! TILT !!! Pour ne pas créer de barrière à l’accès à l’au-delà du mental, il faut savoir ne pas s’identifier à la pensée et à l’émotion (oui ! Il faut bien intégrer cela!) car nous ne sommes pas le fruit de ce qui est créé par nos fonctions physiologiques ; Il faut observer le mental comme étant le témoin spectateur du film qui se déroule, même de façon un peu espiègle, légère,comique, comme on le veut…; et regarder ce film en prenant conscience que c’est son Soi qui regarde ! Ce Soi se manifeste à 100% par de l’Amour généré par Nous, la Conscience. Au début, ça peut être un peu artificiel et timide car on arrive pas à prendre conscience de ces phrases. La fonction mentale sera alors de plus en plus prise avec un détachement analogue à la fonction digestive, cardiaque ou respiratoire, c’est-à-dire avec douceur, accompagnement, amour.
    On ne se pose ainsi de question en rapport avec un sentiment ou une croyance car l’Amour inonde tout. On accompagne le mental dans l’Amour inconditionnel. Et plus cet Amour inconditionnel est présent en pleine conscience de Soi, plus il rayonne sans limite. Le secret sous-jacent qui déclenche tout, c’est l’Amour, mais pas l’amour intégré par des fonctions mentales, par notre système cérébral, mais celui qui est NOUS, Conscience ! Alors l’Amour fait la Joie qui fait la Compassion qui fait la Paix. Et la Paix nous fait faire corps avec tout !!! Ca me vient tout seul et ça rejoint ce que j’ai lu! C’est cela qui m’est tombé dessus lorsque j’ai eu ce grand ressenti il y a un an !!! Et il ne faut pas chercher tout ceci! Car tout ceci est NOUS et donc toujours présent ! Tout est là ! TILT ! Tout colle !!!
    Les mots ne peuvent pas traduire les ressentis, mais en résumé: Nous, c’est-à-dire la Conscience, nous nous identifions aux fonctions de notre corps. Et c’est là qu’on a tout faux !!! Mais Nous, la Conscience, devrions regarder notre corps et ses fonctions, comme nous (tel qu’on est même quand on s’identifie à notre mental) regardons un bébé qui vient de naître. Bébé est là, il n’est pas nous mais on l’aime !
    C’est dur à comprendre si on ne le ressent pas mais tellement simple quand ça devient vérité en soi, quand ça s’installe en soi ! On pourrait en parler à l’infini car on a compris ! Et plus aucun bouquin n’a d’importance ! Et tout le monde peut l’intégrer car nous sommes tous fait pareils ! : C’est en prenant conscience que nous ne sommes pas notre corps physique, en prenant conscience que celui-ci est un support physique de Nous, que nous réussissons à entrevoir puis ressentir l’Amour qui nous permet de faire corps avec Tout :-)

    • :) :) :)
      BRAVO ! BRAVO ! BRAVO !
      C’est EXACTEMENT ça !!!!!!!!
      Tout ce que vous décrivez fait partie du second chapitre du livre que je suis en train de coucher par écrit (si rien ne change d’ici la parution).

      L’état que vous avez atteint s’appelle l’ « Extase hors jeu« . Vous comprenez maintenant ce que cela veut dire, n’est-ce pas ? C’est la période de la perte de l’ego. Extase, cela signifie que vous percevez sans les attributs du mental (désirs et peurs, qui sont à la base de toutes les autres gammes d’émotions, avec plaisir et douleur). C’est ce que Kinslow appelle Eufeeling.

      Pour y parvenir, il faut comprendre cette subtilité qui consiste à s’apercevoir que nous nous identifions maladroitement à une fonction organique (la conscience) et que nous sommes en réalité cette chose derrière, plus vaste et plus grande (la Conscience). C’est juste une subtilité et en aucun cas un secret. C’est parce que difficile à mettre en mot (parce qu’au-delà des mots, justement! et que les mots sont de nature mentale), qu’il faut un dialogue pour que l’instructeur sache exactement où en est celui qui écoute et qu’il puisse s’ajuster.

      Oui, c’est une fonction. Maintenant, allez plus loin. Ce n’est que le début. Ce sont les prémices de grandes découvertes.

      Quelle est cette fonction ? Percez-en le secret.

      Vous verrez ! Il y a encore tellement de choses à découvrir après ça.
      Notez bien ce que vous venez de découvrir. Demain, vous retournerez dans le quotidien et vous devrez à nouveau comprendre cette subtilité.

      Je suis content si j’ai pu vous aider dans cette vraie « prise de Conscience ».

      Et comme vous, les livres ont perdu leur attrait. Quand j’ai découvert tout ça, j’ai voulu jeter toute ma bibliothèque parce que j’ai compris qu’il n’y avaient dans ces livres qu’interprétations et hypothèses, mais pas cette réalité là.

  • L’auteur , dans son 2ème livre , affirme qu’il n’est pas important de faire la triangulation . Observer les pensées ; celles-ci s’arrêtent ; vous sentez l’eufeeling ; posez votre désir dans l’eufeeling ; concentrez-vous sur l’eufeeling …voilà.
    Mais , j’ai tout expérimenté .triangulation , 2 points , …sans succès .
    J’ai même essayé reconnexion d’Eric Pearl , avec laquelle , j’ai eu des déboires . En effet , au moment où j’appliquais la technique sur moi-même , je me suis endormis et je me suis réveillé avec un engourdissement des jambes , j’en parle dans les commentaires sur le magnésium . Cet engourdissement persiste ….la technique en est elle la cause? je ne sais pas .

    • L’avantage en cabinet, c’est que j’ai pu tester sur de très nombreuses personnes la guérison quantique (en m’abstinent de le dire) telle que le décrit Kinslow. C’est super, mais c’est vrai que c’est terriblement difficile pour celui qui ne baigne pas dedans. J’ai testé, mais je ne l’utilise pas. En fait, j’ai exploré d’autres voies et je voulais juste savoir si nos approches se rejoignaient.

      Ca ne m’étonne pas que l’auteur donne ce genre d’explication. Pour lui, la seule Conscience suffit, comme l’open focusing ou pleine conscience. Je pense sincèrement qu’ils n’ont qu’un aspect du fonctionnement humain, parce que cette Conscience ne peut prendre sa force que si elle est débarrassée des constructions mentales. Et pour l’en débarrasser, on demande à la personne d’utiliser justement cette Conscience dont il n’a pas accès. Trouvez l’erreur !

      Pour la reconnexion, je n’adhère pas.

      Les deux points, j’en ai entendu parlé, mais ne connais pas.

      Pour les engourdissements, c’est possible qu’il y ai un lien. Reprenez ce que vous avez commencé et allez jusqu’au bout.

  • Parlez-moi SVP du focusing : les étapes de la technique .Merci.

  • Bonjour,
    c’est avec un grand bonheur que je viens de lire les commentaires échangés entre Wladislas Barath et Philippe Le Goff, un vrai régal! Merci pour leur profondeur. C’est ce passage qui me parle tout particulièrement et à cause duquel je me permets d’écrire plus longuement:

    Nous créons une réalité mentale et nous y plongeons de plus belle. Le seule moyen d’en sortir est d’accepter l’inconnu. Accepter notre ignorance et de changer de dynamique : ne restez pas dans l’espoir (qui est construite sur la peur de l’échec), mais soyez curieux.

    C’est tellement « ça »…
    J’ai lu, il y a quelques semaines, le premier livre de Kinslow, et intriguée, j’ai acquis un CD (en allemand) qui permet de s’initier à sa technique. Cela m’a d’abord semblé très juste et facile, mais en pratiquant quelques temps, je fus surprise de constater qu’après quelques petites réussites comme de m’enlever une brusque douleur, après je n’y arrivais plus. J’ai alors cessé cette technique.
    Depuis, de par des expériences sur le lâcher prise, qui m’est devenue une vraie tarte à la crème (pardon si je choque…), j’ai compris qu’en cherchant en moi les raisons de telle ou telle situation désagréable, non seulement les choses restaient bloquées, mais qu’en plus, après avoir écouté les conseils d’autrui sur ce fameux lâcher prise, le résultat fut carrément un mal être avec température. Une amie a su mettre le doigt sur ce qui m’arrivait: j’avais tout simplement mauvaise conscience ne sachant pas quoi lâcher!!! Donc la peur, additionnée d’une culpabilisation, m’avait littéralement chauffée mon corps. Dès que j’eus compris le mécanisme tout s’est envolé.
    Depuis j’ai remplacé « lâcher prise » par « Confiance en… « , c’est venu tout naturellement, et j’observe tranquillement ce qui se passe lorsque l’inquiétude voudrait à nouveau se manifester. Un petit coup de projecteur de la Conscience dont vous parlez, et je me sens immédiatement tranquillisée.
    En ce qui concerne le fait d’avoir envie de jeter des livres, je connais, et j’ai fait… c’est libérateur, et je continue de le faire. La vraie et bonne nourriture est rare, pas besoin de quantité mais seulement de qualité…

    • Bravo.
      Je suis en plein dans l’écriture, et je ne fais pas de rétention.

      • … je me soupçonne l’envie d’acheter votre livre lorsque votre enfant sera né, et je pense que celui-là enrichira ma petite bibliothèque …!
        Plein de bonnes pensées d’encouragement à vous.

        • Merci pour les encouragements.
          L’écriture n’est pas ma vocation, ça me demande même beaucoup d’efforts, et j’apprécie les petits clins d’oeil. ;)

          • Je rejoins Salvia pour également vous encourager dans votre demarche d’écrire un livre. Ayez confiance, vous réussissez à transmettre les messages. J’attends de voir votre nom dans les rayonnages de mon libraire ;-)
            Concernant le séminaire d’octobre de Franck Kinslow, je reviendrai sur le site pour vous faire part de mes impressions . Merci et a bientôt!

    • Toutes ces discussions sont passionnantes et merci à tous !
      Je vais me procurer le livre de Kinslow qu’un ami m’a conseillé.
      Je me débats avec des problèmes récurrents, ne parvenant , comme dit Sylvia , au lâcher prise préconisé par tout le monde mais que je ne parviens pas à expérimenter. Disons que ma raison sait ce que je dois faire mais je ne parviens pas à l’intégrer dans mon être profond.
      Mes formations mentales, et j’en suis bien conscientes, me font mal et je m’y accroche , comme si je ne voulais pas guérir. Je ne vis pas , je survis, avec, pour toile de fond, les peurs, la jalousie , l’orgueil qui m’empêchent d’accéder à la joie de vivre, à être celle que je suis réellement.
      J’ai pensé souvent à quitter mon mari pour ne plus avoir à vivre tout « ça » car je subis ma vie, ne parvenant à prendre les rênes moi même. Mais , pour cela , il faudrait que je n’ai plus d’amour pour lui (mêlé d’orgueil, certes) et je voudrais trouver une autre solution moins radicale qui puisse être bénéfique à tout le monde. D’où mon intérêt pour ce livre.
      Merci pour l’espoir de guérison que je devine à travers toutes ces discussions !

      • Bonjour,

        Vous êtes dans la première phase du changement : la tentation de rectifier la réalité extérieure pour la faire correspondre à sa propre vision du monde (et donc du bonheur). Après des essais infructueux, vous vous tournerez vers vous-même et comprendrez qu’il faut plutôt purger votre propre représentation que vous avez du monde. C’est elle qui est erronée et qui vous rend malheureuse.

        La jalousie n’est que la conséquence d’une dévalorisation. Et tout ce qui se trame en vous ne sont que des mémoires contre lesquelles vous luttez. Des chimères. Plus vous lutterez contre elles, plus vous leur accorderez de l’importance. Allez plutôt à leur rencontre et réparez les. Trouvez leurs solutions.

        Je vous invites à consulter un psychologue ou un psychothérapeute familiarisé avec les mémoires généalogiques. Vous gagnerez beaucoup de temps.

        • Bonjour à tt le monde ;
          https://www.youtube.com/watch?v=Lu5IlRUIEEA
          (Nous) ne faisons qu’expérimenter de l’électromagnétisme, et de ce point de vue, les pensées n’en sont pas démunies ; il y a des moments où des choses prédéterminées entre dans la conscience, (psy généalogique)
          L’amplitude de la perception, est manipulable à souhait par l’illusion de l’attachement qu’on lui associe,,, et là cela devient une substance composite, un alliage encore plus réel que la simplicité de la perception libre de toute personnalité aliénante.

          • Super :)
            Merci pour le lien. Je ne l’ai pas vu. Je pourrai le visionner à l’occasion.

  • Bonjour, un petit encouragement pour l’écriture de votre livre que j’attend avec impatience (merci de vos conseils au téléphone qui m’ont permis d’avancer considérablement sur la voie du quantum). Est-ce que le quantum d’après-vous permettrais t-il de libérer une entité négative présente chez quelqu’un ? Merci de votre réponse et à bientôt.

  • Bonjour Wladislas,

    Et merci à vous pour m’avoir redirigé ici.

    J’aurais néanmoins une ou deux questions supplémentaires.

    De par mon expérience, l’observation directe des pensées et des émotions (entre autres), je conçois de façon relativement claire que je ne suis pas ces pensées, ces émotions, bref, le mental. Toutefois, n’est-ce pas moi qui fait se mouvoir ce corps ? Qui l’oblige à porter des aliments à sa bouche pour qu’il fonctionne correctement ? Qui aide à ce que cette entité biologique prenne soin d’elle, en quelque sorte ?

    En tout cas, c’est l’impression que j’ai et dont je ne parviens pas encore à me défaire.

    A termes, si tel était le cas (et que cette prérogative de moi, Conscience, n’en soit pas une mais une nouvelle illusion plus subtile, rien moins), se peut-il que je « quitte » ce corps pour aller voir ailleurs sans qu’il dépérisse ?

    Car, si l’on pousse le raisonnement jusqu’au bout de sa logique interne, ma foi, ce corps que je prends pour le « mien » pourrait tout aussi bien continuer sans moi, Conscience.

    Je dirais même plus. Cette personne que je prends pour moi pourrait vivre sans que moi, Conscience, je sois là. Si les pensées sont produites par le cerveau, cette « personne » n’a pas besoin de moi, Conscience, pour penser, pour parler, pour marcher, pour se nourrir, pour se reproduire, pour vivre, en somme.

    Quant à moi, Conscience, j’aurais la liberté, débarrassé du désir et de la peur, d’aller voir ailleurs. Les possibilités sont infinies, non ?

    Car si c’est pour rester bloquer ici et continuer de souffler à cette « personne » qu’il faut qu’elle paie ses factures, je n’en vois pas trop l’intérêt.

    Bien à vous,

    Marc

    • Lisez-vous mes réponses ? Je vous ai répondu dans le précédent commentaire.

      Vous vous torturez l’esprit. Comme ça, vous n’y arriverez jamais! Cherchez l’expérience, discutez après! Quand vous aurez fait l’expérience, vous ne poserez pas toutes ces questions.

  • Evidemment que je lis vos réponses.

    Il est inutile d’être ainsi agressif…

    • Non, non ! Ce n’est pas une agressivité. Désolé si vous le prenez ainsi, c’est involontaire. Je suis direct et le net ne rend pas les nuances qui vont avec.

      Ce que je veux dire, c’est qu’en vous posant tant de questions, vous restez englué au mental.

  • Okay.

    Je m’en tiendrai donc à l’observation et l’expérience directes.

    Etant donné qu’il est clair que je me pose trop de questions. J’en conviens.

  • Moi, j’en suis où vous le constater : la perplexité . En effet , je vois les résultats enregistrés par les inititeurs des méthodes , gordon, kinslow, Bartlett . Tous vous disent c’est très simple , trop simple , et puis dans leurs livres ils vous disent avec le travail , vous y arriverez .Bon, je n’yarrive pas .Avais-je travaillé beaucoup là-dessus ? Non, pas vraiment parce que justement je recherche simples ……comment dire sans effort ou alors ça ne sera pas la peine . Concernant , la transe , je vois souvent les patients basculer …
    D’aucuns vous disent ces ont une très vieille expérience de la méditation , c’est pourquoi , ils obtiennent ces résultats instantanés , j’allais dire miraculeux .

  • J’ignore si cela vous aidera mais pour en avoir discuté souvent avec des « surdoués » (ce dont je suis) il est pratiquement impossible dans la pratique (je ne dis pas, en théorie) d’observer le mental de l’extérieur sans risquer l’implosion.

    Peut-être êtes-vous aussi dans ce cas.

    J’ai pas mal lu à ce sujet. Selon certains auteurs, la méditation, par exemple, démultiplierait les aptitudes cérébrales du sujet « surdoué » en rendant la tâche extrêmement complexe, décevante et parfois dangereuse.

    Le fait que les « surdoués » ne représentent que 2% de l’humanité nuit évidemment à des études sur le lien entre « surdouance » et pratiques spirituelles (la méditation n’en est qu’une parmi tant d’autres, bien sûr) mais le problème est là.

    Encore une fois, ça ne vous concerne peut-être pas. Je l’ignore. Mais certains de vos commentaires me laissent penser que ceci vous parlera, néanmoins.

    J’ajoute que chez les « surdoués » des méthodes sensées apaiser comme la méditation ou encore l’observation des pensées produit une démultiplication de la pensée en arborescence, caractéristique majeure du mode de pensée des « surdoués » due en partie à l’architecture singulière de leur cerveau.

    Et je ne parle même pas des perceptions « extrasensorielles » et autres phénomènes déroutants qui vous font vite douter, à tort toutefois, de votre bonne santé mentale.

    Mais bon, je vais suivre les conseils présentés ici.

    Et puis, si ça ne marche toujours pas, chez vous, chez moi, chez d’autres, il faut se dire que chacun est unique. Il n’y a pas un seul modèle pour l’humanité tout entière.

    Ceci, la pratique, l’expérience directe, le dément formellement.

    • Qu’est ce que vous appelez « implosion » ?

      Toutefois ce que vous décrivez est commun à tout le monde et n’est pas réservé aux surdoués : n’importe qui qui observe ses pensées leurs donne de la puissance. Et plus encore, s’il cherche à les contrôler et à rester absolument maître de la situation, laissant l’impression d’être envahies par elles.

    • Ni la technique Kinslow, ni la méditation, ne proposent d’observer le mental de l’extérieur. Et avec ces deux outils le risque ‘d’explosion’ n’existe pas. je ne sais pas de quoi vous parlez – Mais chez kinslow pour le Eufeeling, comme dans la méditation il s’agit de lacher-prise, sur ses pensées, ses émotions, son physique ….
      la méditation permet d’avoir une meilleur présence au présent, plus consciente, plus incarnée … Soyez juste présent à l’instant, à votre respiration : vous êtes dans la méditation – pas d’explosion, c’est garantie – Il y a des gens qui ont fait des stages de méditation intensifs, plusieurs heures, pendant plusieurs jours sans avec des pratiques un peu ardu et sans préparation – ce qui est du grand n’importe quoi – et les personnes traversant un moment de fragilité, de difficultés émotionnelles dans leurs vies peuvent dans ce grand n’importe quoi décompenser une névrose ou voir leurs angoisses augmenter … Il faut prendre le temps avec soi-même, avec tous cela, et faire les pas qui sont à faire à son rythme – Suivre son ressentis – dés lors où les choses se passent aisément, facilement et que l’on a de bonnes impressions, c’est que nous avons très probablement pris le bon chemin – Renoncez à ce qui vous mets en danger, à quelque niveau que ce soit et demandez de l’aide, des aides, du soutien, des avis …

  • Le mental défend inexorablement sa position, c’est un combattant émérite qui ne peut reculer sans compromettre son instinct de survie, mais il fonctionne dans du temps imaginaire.
    Récemment, j’ai perçu une de ses pensées racine qui tourne en boucle pour reproduire l’effet de nuisance, une sorte d’écho fantôme qui se recharge de (passé).
    Aujourd’hui cette perception non locale (mentale) ma permit d’anéantir ce conditionnement, je n’ai plus d’herpes.
    Mais je me suis blessé à un tendon du genou droit, et en faisant intercéder le mental en ma faveur pour atténuer la douleur, je ne fais que renforcer cette réalité subjective, le plus dur c’est d’identifier la source de la subjectivité.

    • Ce n’est pas un combattant, c’est un outil, une fonction de l’organisme, comme la digestion, la circulation, etc. Luttez par exemple contre la respiration, on verra qui gagne.

      Pour le dernier paragraphe, en raison de la ponctuation, je ne comprends pas le sens de votre pensée.

  • Je veux essayer d’évoquer avec difficulté, que réagir à une pensée, c’est fabriquer de la même substance qui la vue naître.

    • Vous n’êtes pas clair dans votre explication. J’ai du mal à vous comprendre.

      • On ne pense pas la respiration, ni les fonctions physiologiques, elles sont là, dans de la présence d’un champ de conscience, peut-être de l’empreinte d’un spectre électromagnétique qui induit l’automatisme de la fonction comme vous dites.
        Mais il y a aussi la mémoire embarquée des interactions sensorielles, des interférences psy sont stockées dans les cellules, et vraisemblablement ; dans ce champ spectral électromagnétique autour des cellules, et par la même à la périphérie de la physionomie du corps, elle est là, comme une force de gravité.

        • Et comment vous êtes-vous rendu compte de tout ça ?

          • lorsque que le mental la boucle un peu^^ le silence est porteur d’intuition.

          • Comment avez-vous procédé pour le faire taire ?

  • Sans doute que je renforce ces pensées en tentant de les contrôler, bien sûr.

    Pour répondre à votre question, je n’évoquais pas seulement la « puissance », l’emprise apparente des pensées quand on essaie de les contrôler. Par implosion, je faisais allusion au fait que même sans chercher à contrôler ces pensées, elles ont tendance à se multiplier comme les petits pains. Comme si je n’étais plus branché sur un seul canal, déjà bien saturé, mais sur dix ou douze en même temps.

    Si bien que même l’observation simple, détachée, est pénible, étant écrasé de perceptions. (Vous pouvez soutenir un phare de voiture en plein visage, mais pas dix ou douze. Du moins, c’est plus difficile. Voici pour l’analogie.) Ce que je veux dire c’est que chez moi, et chez d’autres, observer le mental semble étendre les capacités de perception. C’est intenable.

    Enfin, je dirai la chose suivante. Je pense que mon principal problème est que je continue malgré moi à m’identifier à des émotions qui, en toute objectivité, ne m’appartiennent pas. Je suis confronté à une sorte de second circuit émotionnel niché au coeur de mon intériorité, circuit qui y déverse des émotions sur lesquelles je n’ai aucune prise. Il est vain et dangereux de m’y identifier. C’est là que doit se porter mon effort, j’imagine.

    • je n’évoquais pas seulement la « puissance », l’emprise apparente des pensées quand on essaie de les contrôler.

      Ce genre de phrase se poursuit en général par une argumentation ou une suite explicative qui éclaircit le fond de votre pensée. Qu’évoquiez-vous alors ? Sincèrement, j’aimerais vraiment comprendre ce que vous cherchez à exprimer sans ce côté mystérieux et obscur.

      De même le mot « implosion » est mal approprié. À moins que je n’aie pas compris. Qu’est-ce qui implose ? Vous ? Une implosion est un effondrement, une désagrégation, un éclatement vers l’intérieur. Comment ça se manifeste alors quand vous implosez ?

      Personnellement, ce que j’ai constaté, c’est que les pensées se créent au rythme de l’irrigation du cerveau. À chaque pulsation cardiaque jaillissent des centaines de pensées qui s’entrechoquent et réagissent entre elles. Les plus éthérées restent inconscientes. Celles qui nous préoccupent apparaissent proche de notre conscience et nous les investissons. Mais le cerceau est capable de produire beaucoup de pensées en même temps. Dieu merci, nous ne les voyons pas toutes. Et en effet, on peut se faire submerger quand on s’ouvre à cette immensité mentale surtout lorsqu’elle déchainée comme un torrent capricieux qu’on cherche à maitriser. C’est une illusion que de vouloir contrôler un fleuve.

      Je vous conseille de calmer le mental. Baissez le rythme cardiaque en commençant simplement par diminuer les combustibles que vous mettez dans la chaudière (les sucres et tous les excitants), puis en revenant à vos sensations. On peut aussi baisser le rythme en respirant convenablement (en général, la quantité résiduelle de CO2 dans le poumon est trop faible). Là, chacun a ses trucs.

      • Par implosion, j’entends une sorte d’affaissement, d’effondrement intérieur provoqué par la démultiplication anarchique des pensées, dès lors que je commence à les observer, à l’occasion d’une introspection classique. Chez moi (et je ne prétends pas que c’est la même chose chez vous) l’introspection pourtant neutre mène à la démultiplication des pensées qui menace la conscience même d’être engloutie, de s’effondrer sur elle-même, comme implosée, par ce surplus de perceptions. Je note que chez beaucoup de gens qui témoignent, ici et ailleurs, l’observation neutre (sans interaction aucune, donc) des pensées mène à tout autre chose. Donc, je me sentais l’obligation de signaler qu’il n’en allait pas de même pour tout le monde. Vous me direz, une personne n’est pas l’autre après tout.

        (J’espère avoir répondu plus clairement à votre demande.)

        Par contre, je n’ai jamais observé la concomitance entre chaque battement cardiaque et un afflux de pensées. Chez moi, ça semble continu, la plupart du temps. (Démultiplication quand j’observe vraiment.) Sinon, c’est par bribes, mais jamais à chaque battement précisément. (J’avais déjà eu cette idée et vérifié à maintes occasions.)

        En fait, ce que je « perçois » en termes de pensées ressemble à ce qu’on entend quand on déplace lentement le curseur d’un radioréveil pour balayer la bande FM. Ainsi, d’une seconde sur l’autre, vous entendez : « [...] grand soleil sur le… » puis « [...] premier ministre de… » puis encore « [...] -gnez mille euros en… » puis toujours : « [...] n’est pas sérieux, monsieur… »

        Vous voyez ce que je veux dire. Je ne peux pas fournir d’exemple plus parlant et approchant à la fois. Parfois ce peut-être une syllabe, le plus souvent un mot ou un groupe de mots, parfois encore des phrases entières. Sans cohérence entre elles, ces pensées, sinon à l’intérieur d’un même groupe de mots. (Comme dans les exemples ci-dessus.) J’ajoute que certaines sont en anglais, langue que je sais reconnaître. D’autres dans des langues plus exotiques, mais c’est assez rares.

        Pour finir, ce que vous me conseillez, je l’applique déjà. Mais la moindre pensée teintée d’émotion suffit à me désarçonner et à me déconcentrer. De là, je suis comme possédé, sous l’emprise émotionnelle de ladite pensée, car je réagis sur le plan physiologique, automatiquement en somme. Mon rythme cardiaque s’emballe, ma respiration s’accélère, mettant du temps à « redescendre » ensuite, forcément.

        Et je peux recommencer à zéro.

        Sans parler du circuit secondaire que j’évoquais. Je sais qu’il n’est pas « perçu » par tout le monde et peut-être qu’il n’est pas présent chez chacun de nous, mais quand c’est le cas, c’est un vrai problème. C’est un peu comme si vous étiez connecté avec quelqu’un d’autre. Vous, vous vous calmez, mais pas cette personne. Au final, vous actualisez toujours ses pensées, émotions, etc., et votre méditation échoue.

        J’imagine que je ne suis pas le premier à évoquer cela.

    • Il me semble que l’on ne peut pas procéder à l’extinction de la relation mentale, parce qu’elle est une fondue enchainée du silence.

  • Depuis mon dernier message du 12 mars, j’ai navigué entre moi conscience et moi mental. Le mental rattrape vite  . En faisant attention à l’importance des mots, j’ai fixé quelques idées et ai compris les exercices du passage du portail et de la prise de conscience de Franck Kinslow (mp3 gratuits en français sur son site), faisant passer de la conscience conditionnée à la Conscience Pure. Si ça peut aider ceux qui était pris dans le carcan du mental … 

    Grâce à nos cinq sens et à l’évolution des structures de notre cerveau, nous, en tant que bébé, PRENONS conscience de l’ETAT de conscience que possèdent nos proches qu’ils partagent avec nous. Petit à petit, nous allons acquérir un état, de conscience personnelle, par ACQUIS de conscience des autres. Et les prises de conscience qui arrivent (action), formateront d’une part, et seront formatées d’autre part, par l’état de conscience établie (état) que nous avons créé. Nous interprétons tous différemment, à cause de notre mémoire des prises de consciences antérieures. Et nous macérons dans nos arrêts sur image incessants venant de notre conscience conditionnée, déformée. C’est le brouhaha du mental qui nous traverse la tête tous les jours… 

    Donc les évènements conditionnés entraînent la création de pensées, d’émotions, puis de peur, puis d’égo…, le tout créant le mental. Le mental est bien créé de toutes pièces par nos influences, et on s’y identifie par peur de ne plus être quelqu’un. Le bébé n’avait rien de tout cela au début. Rien venant de l’extérieur ! Et peut-être un tout non pollué existant à l’intérieur  !!! … Un bébé prend parfois conscience de l’état de conscience d’un de ses proches avec hésitation, étonnement ; comme si inconsciemment, une référence à autre chose créait en lui cet étonnement dans sa prise de conscience. Peut-être baigne-t-il dans une « longueur d’onde » différente de celle de ses parents ?

    Il faut essayer de retrouver en nous, adulte, une prise de conscience d’un état de conscience dans l’absolu, non conditionné par les évènements et les préoccupations. Ainsi on occulterait le mental en se positionnant bien au-dessus (comme si on supervisait le monde du haut d’une pyramide tout en laissant le mental se tracasser au ras des pâquerettes). Pour cela, on peut s’aider d’un état de conscience (bien que conditionné, allons-y) tel qu’un grand dépaysement paradisiaque (voyage au soleil, complicités d’amour, de rires, de joie, de paix, de rêves…par exemple)  .Très vite, ce conditionnement support s’estompera et on prendra conscience en nous de la trame de ce support qui un Grand amour, bonheur et paix, situé au-delà du temps et de l’espace qu’on a totalement oublié. On vit en dehors du mental, en étant dans la Conscience Pure. On ne la cherche pas, on joue le jeu, on lâche prise, on tombe dedans. C’est ce à quoi veut nous mener l’expérience du passage du portail et de la pleine conscience de Franck Kinslow (mp3 gratuit en français sur son site).

    Plus on va insister sur cette expérience de déconnexion paradisiaque, plus on ressent des bouffées d’amour, de bonheur et de paix et plus on vit dans un nouveau paradigme de conscience. Il faut surtout le faire sans se conditionner au travers du mental, sans faire appel à la mémoire de nos prises de conscience antérieures !!! (importance du baratin ci-dessus  ). Un jour, on arrive à induire cet état de conscience sans faire l’exercice… Ca vient tout seul mais il faut l’entretenir. Et cette prise de conscience de la Conscience Pure prend de jour en jour, sans qu’on le veuille, la place de notre état de conscience conditionnée (perte de l’angoisse, de l’égo de défense……..). On arrive ainsi à observer le mental avec distance, de façon amicale, légère, paisible… D’un petit moi conditionné, formaté, pas en phase avec sa conscience profonde, on devient un grand Moi réel, vrai, honnête, en phase avec lui-même. Car « lui-même » est notre trame de fond !!! La Conscience Pure, pleine d’amour, de bonheur, de paix  ! Quand on prend conscience de la trame de fond inconditionnelle, on vit dedans. En prenant conscience de la Conscience Pure (action), on redevient Conscience Pure (état du bébé). Et nous avons l’impression de faire qu’un (amour, bonheur, paix) avec le Tout (tout ce qui nous entoure, toute situation dans laquelle nous sommes  )… (je ne vais pas développer, ce serait trop long ici )…

    Cette prise de conscience n’est pas une incrustation comme une croyance ; c’est bel et bien un ressenti d’ordre « physiologique » ou « spirituel » existant en nous (on ressent de façon honnête des bouffées d’amour et de bonheur dans son corps), ce qui nous fait prendre conscience qu’on est autre chose plus grand que notre réalité physique. D’ailleurs, comme par magie, angoisse et égo (et toutes les tares qui vont avec…) disparaissent sans qu’on s’y attende !!! On vit LIBRE, sans carcans…   

    • Bonjour,

      quand nous étions « gosses », les adultes nous surprenaient en train de « rêvasser »
      et nous demandaient à quoi nous pensions.
      Et nous répondions « à rien ».
      Et c’était la vérité.

      Kinslow propose, si j’ai bien compris, d’exploiter ce moment.

      Et pour les créer, rien de plus facile, vous regardez un espace entre 2 objets quelconque et vous « laissez » aller…

      bDom

      PS: à vous d’ajouter « sel et poivre » (santé, argent, gloire,…), à discrétion… ;-)

      • Dans ces états, c’est pas qu’on ne pense vraiment à rien. C’est vrai qu’on ne fait plus d’effort de penser. On voit les pensées défiler et on les laisse aller. On ne s’y identifie pas. On sort du jeu mental.

      • c’est fou , je viens de faire l’expérience de la technique du portail , je vais doucement à mon ordinateur et je « tombe » sur le message de bdom qui évoque précisément cette pratique !
        Je trouve que votre allusion aux enfants quand ils disent qu’ils « ne pensent à rien » est assez juste . Je suis sûre que les animaux doivent expérimenter cela aussi.
        A faire le plus souvent possible dans la journée et surtout avant le coucher : observer le mot choisi … « calme » pour ma part … en l’associant avec un visuel de mer ou de vagues très douces qui vont et viennent . Etre spectateur tout en devenant la vague , le calme ? …

        • Je me permets de corriger. Ce n’est pas un état de relaxation qu’on cherche à obtenir, mais une défocalisation pour arrêter de s’identifier à ses pensées.

  • Je me dis que tout commence par le fameux « Connais-toi toi-même » même si je ne saisis pas comment l’on peut y parvenir.

    Quelqu’un le sait-il ?

    • Oui, vous avez raison, tout commence par « connais-toi toi-même » !

      Pour se connaître soi-même, il faut prendre conscience que notre moi réel est aveuglé à partir du moment où il n’est plus intrinsèque, à partir du moment où il est dirigé par le conditionnement extérieur. Ce conditionnement nous fait créer notre monde de pensées et d’émotions, avec autant de schémas et de masques qui nous aveuglent dans un mental conditionné créé de toutes pièces.

      Pour chercher notre moi réel, pas besoin d’essayer de prendre conscience de tout cela : en décortiquant notre mental, l’ego qu’on s’est bâti ne fera que créer d’autres pensées, émotions, schémas, ce qui nous rendra encore plus aveugle. Mais vous verrez ! Tout deviendra spontanément clair quand vous aurez retrouvé votre moi réel !!! (cf ce que je mentionne ci-dessous).

      Juste pour info (vous n’en avez pas besoin mais vous le comprendrez plus tard. On s’est créé un mental conditionné à l’instant même où on a pris conscience d’un « déphasage » entre la conscience intrinsèque qui nous habite au tout début de notre vie, et la conscience du monde extérieur qui nous rattrape à tout moment. La première baigne dans un amour inconditionnel ; dans la seconde, on prend conscience d’une dualité de l’amour et du non-amour. On créé ainsi en nous une émotion de peur. Peur de voir mourir notre conscience initiale pure, par perte de l’amour.

      C’est la peur que l’on devra combattre pour retrouver le socle du moi réel.

      Pour cela, il faut prendre le mal à la racine et se purger de ce mal, de cette peur. L’EMDR est un merveilleux outil. Documentez-vous sur le sujet ! Le résultat est étonnant. A une condition ! Une seule, sur laquelle il faut bien insister !!! Il faut prendre conscience qu’on va se dévoiler, se mettre à nu sans pudeur ; oser tuer toutes ses peurs en confiant tous ses secrets dans les moindres retranchements.

      En fait, il faut oser se confesser aveuglément, lâcher prise de son mental, c’est-à-dire sans chercher à se défendre avec son égo, en n’imaginant aucune retombée possible, en ne se faisant pas de films. Par la suite, vous verrez d’ailleurs que tout ce qui est mental est de la pure invention sans fondement.

      En n’ayant pas peur d’affronter la peur, on ose ainsi, pour la première fois de sa vie, toucher aux fondations de son mental conditionné ; quand l’égo ne trouve plus de résistance, il disparaît. Et quand il disparaît, on ne peut plus s’identifier à lui !!! Et, comme par magie, on change de plan de conscience et on découvre son moi non conditionné, son moi réel et au travers de lui, une vue large, ouverte et éclairée de la vie. Ce que je dis est schématisé et pourrait remplir des pages ; aussi n’hésitez pas à poser des questions pour cibler les incompréhensions…

    • Marc,
      Je ne le sais pas moi non plus, mais il me semble que le mental est à la périphérie d’une réalité
      Encore plus incroyable, il sert peut être d’amortisseur pour ne pas devenir cinglé^^^^, mais il amorce vraisemblablement un état de conscience qui dépasse de loin sa projection conceptuelle.
      C’est une mémoire qui ressemble à l’ombre d’une vague scélérate où l’information n’est plus compressée.
      Seulement voilà, derrière cet horizon d’incertitude la visibilité est réduite.
      Il nous arrive parfois, d’explorer des moments fortuits et spontanés, de sortir et même de devancer son débit linéaire, et là, il suinte un sentiment douloureux parce qu’il entrevoit le caractère déterministe de son existence.

      • En effet, une sorte d’interface en quelque sorte.

        Une porte qui ouvre sur quelque chose de bien plus vaste, comme le delta d’un fleuve ouvre sur l’océan, mettons. D’où le risque de submersion, parfois.

  • Merci à vous, Philippe.

    Je vais méditer vos propos attentivement.

    Cordialement,

    Marc

  • Merci à Philippe et wladislas pour le partage de vos experiences,
    Les questions de Philippe m’ont remisent en memoire mon questionement à la lecture de kinslow,
    Et les mots utilisés pour decrire la progression de son parcours vers l’Amour m ont permis de retrouver mon chemin d’Amoureuse = pure conscience.
    Merci Wladislas de l’avoir soutenu dans sa recherche et de nous offrir ce partage en cadeau .

    Fabienne

  • Pour ma part, j’ai trouvé un secours inattendu dans de nouvelles lectures qui me parlent davantage que celles-ci, à savoir Le Combat spirituel de Laurent Scupoli, L’Imitation de Jésus-Christ de Thomas a Kempis et les exercices de discernement spirituel d’Ignace de Loyola.

    Leur lecture m’a permis de mieux saisir qui je suis, ce que je suis, aussi, et la façon dont le « mental » nous piège. Je pense que tout le monde, chrétiens ou pas, gagneraient à lire aussi ces ouvrages.

    Car il demeure des gens qui, comme moi, ne trouvent pas de secours dans les méthodes prétendument universelles distillées ici et là. Je crois que chacun est unique. Cela semble une évidence.

    Bien à vous,

    Marc

    • Chacun est unique, mais le mécanisme sous-jacent reste le même pour chacun d’entre-nous. C’est difficile à expliquer et à transmettre, c’est pourquoi il existe plusieurs voies.

    • Plus haut dans les commentaires quelqu’un parle de la religion qui peut être une voie salvatrice et aidante – ou pas – la recherche spirituel et les pas que l’on fait dans ce sens nous emmènerons ou pas vers le meilleur de nous meme, l’amour de soi et l’amour de l’autre – lorsque l’on est dans la bienveillance ne acte et en parole envers soi-même et envers les autres alors l’équation est résolue et le chemin évident – c’est juste cela qui est proposé dans les différentes voix spirituelles – Pour les thérapies nouvelles comme la technique de kinslow il faut les/la prendre comme une grande aide lorsque l’on chemine vers un mieux être ou la guérison – Et c’est tout un chemin que l’on a alors, à faire – d’autres techniques comme l’Eft, …peuvent lever les blocages qui se présentent – le travaille avec un thérapeute est essentiel – Il pourra choisir la/les techniques les plus adaptées et traiter au mieux les nœuds qui empêchent le processus de guérison – Comme le dit Kinslow on ne sait pas ce qui va se produire et il faut accepter ce qui vient – on fait parfois de petits pas, et d’autres fois de grands pas – il faut se faire un programme et faire les pas – Il faut déterminer ce que l’on voudrais, si l’on pourrais et quand allons nous faire le premier pas en ce sens. Vous pouvez nous dire quelles sont les techniques qui n’ont pas « marchées » et vos demandes/attentes à leurs sujets – comment cela s’est-il passé ? Les thérapeutes sont là pour vous accompagner dans ce cheminement lorsque l’on a besoin d’une aide extérieur – Et l’on en a besoin lorsque seul, on n’y arrive pas – Prenez soin de vous et faites vous votre programme de mieux-être !!

  • « Nous n’avons jamais dit à personne de faire quoique ce soit,
    si ce n’est que de considérer les capacités de la conscience » – Seth > Avril 1978

    L’écrivain Seth, au travers de Jane Roberts, écrivain également
    explique de manière « simple » QUI nous sommes, la nature de la réalité,
    l’importance des croyances, etc.
    http://www.sethlearningcenter.org/french/
    Il y a 5 livres traduits (MaMa éditions)

    C’est ce que j’ai trouvé de mieux sur ce sujet ;-), dans ce monde de « brutes » ;-)

    Bien cordialement

    Dominique

    • L’écrivain Seth

      … une entité non incarnée.

      Nous ne sommes pas dans un monde de brutes à proprement parlé (n’oubliez pas que vous créez votre propre réalité ;) Si c’est votre ressenti, il y a des mémoires de coqueluches dans la famille), mais dans un monde centré sur le matérialisme et l’individualité. Et je reste convaincu qu’il s’agit là d’un phénomène volontaire et même favorisé.

      Je ne connaissais pas Seth. Ces propos semblent intéressants. Je vais voir ;)

      • Bonsoir,

        c’est également ce que dit « Seth » dans « Seth, évènements collectifs : Un choix individuel ».
        Tout est relié, même le temps qu’il fait ;-)

        Nous serions là, juste pour apprendre à créer notre réalité…
        Et le « temps » (autant de fois que nécessaire) qu’il faudra. Rien que ça ;-)

        Bien cordialement

        bDom

        PS: il y a un forum pour francophone pour l’Eufeeling.
        http://qediscussions.com/qesimplemachinesforum/index.php?board=21.0

  • Monsieur Wladilas Barath , quelle méthode proposez – vous en cabinet ? Comment vous contacter ? Travailez-vous à distance ? Je suis perdu dans un coin d’Afrique .Merci.

  • les techniques décrites par l’auteur sont une compilation de celles dcrites dans le yoga et la sophrologie. C’est de la relaxation un mot que l’auteur ne cite jamais.

    Quant à la technique de guérison, elle ne marche pas sur des problèmes plus profond

    • Pas vraiment. L’état d’eufeeling n’est pas un état de relaxation.

      Quant à la dernière remarque, je pense que vous faite référence à votre expérience personnelle, n’est-ce pas ? Pour ma part, je trouve justement cette technique surprenante dans des cas complexes d’apparence insoluble.

  • L’auteur ne parle jamais dans ses livres de « relaxation »:;or ses techniques dérivent du yoga et
    de la sophrologie.Ce mot n’est jamais employé: pourquoi?
    La technique d »triangulation » sur muscle contracturé ne marche pas si l’origine du problème
    remonte à un dérangement du système nerveux central.(AVC, Parkinson etc..) Donc j’ai peine à croire à l’efficacité de la technique dans tous les domaines;

  • bonjour, encore des nouvelles du front de l’information, celle qui sustente ces mots, et les chants d’oiseaux qui sont là,,, en meme temps qu’eux et le vent qui s’engouffre dans le salon où tout semble figé,

    http://www.espace-sciences.org/conferences/mardis-de-l-espace-des-sciences/la-sexualite-dans-le-monde-du-vivant

Laisser un commentaire

Bienvenue

Vous trouverez dans ce blog des informations relatives à mes recherches thérapeutiques. Il s’agit donc d’un partage de connaissances. J’ai voulu cet échange bref. Les informations sont courtes. Elles vont à l’essentiel et sont des portes que vous êtes libres de franchir ou non. A vous d’aller voir au-delà.

Faites-le maintenant :

Rejoignez-nous !

Vous êtes actuellement 6079 personnes de tous les continents à suivre mes articles. Je suis heureux de découvrir qu'un peu partout sur la planète, d'autres personnes cherchent, comme moi, une médecine à la fois plus saine, plus écologique et plus respectueuse de l'être humain, et je suis fier de pouvoir contribuer, à mon niveau, à cette demande.

A méditer :

Dans le domaine des pathologies, la manière de penser du "malade" est la maladie première qu'il convient de guérir.

de Serge Fitz, dans Les CAPACITÉS FANTASTIQUES de la CONSCIENCE, éditions Vega 

C’est tout frais, tout chaud :

UA-28721965-4
Lire les articles précédents :
Accro au sucre
Mon sevrage au sucre

    J’ai commencé cette aventure pour mes enfants. Comme je l’ai mentionné dans un autre article, mes parents ont,...

Fermer