19
Déc

FASTER EFT : la révolution en psychothérapie

Robert G Smith & FASTER EFT

 

 

Joli nom. Séduisant. Faire de l’EFT plus rapidement ? Ouaw ! Tentant, n’est-ce pas ? Voilà enfin une technique pour faire les choses vite et bien. Alléchant. Mais est-ce vraiment le cas ? J’y suis allé et voici mon avis.

Il est bientôt dix heures. Le séminaire a lieu dans une salle de formation d’un des hôpitaux en ville. Dans le sas d’entrée, des personnes vont et viennent, un café à la main. Je me présente à une table qui fait office de réception. J’épelle mon nom. On me donne un papier que je dois signer, qui donne à Robert Smith, le créateur de Faster EFT, le droit d’utiliser les images qui seront prises pendant le séminaire, et le décharge de toute responsabilité. Il n’est ni médecin, ni psychologue, ni psychothérapeute. Il se dit juste coach spécialisé dans la gestion du stress.

Je lis en diagonale. Je signe puis entre dans un amphithéâtre où une cinquantaine de personnes sont déjà assises. Caméras. Micros. Tout sera filmé. Un petit show à l’américaine. Robert Smith se tient debout. Chemise rose toute neuve. La cinquantaine, l’air sympathique, il prend la parole et commence par expliquer la différence entre l’EFT et son approche. Présenter une méthode en comparaison à une autre, je trouve cela étrange.

 

 

 

Faster EFT, ce n’est pas de l’EFT

L’EFT est basée sur le concept énergétique selon lequel toutes situations stressantes de notre vie perturbent un ou plusieurs méridiens de notre corps. Même si ces situations ne sont plus d’actualité et appartiennent au passé, la simple évocation par le cerveau – même inconsciente – trouble notre champ énergétique et porte des effets néfastes sur notre organisme (muscles, viscères, etc.). Le fait de cibler une de ces situations et de tapoter le point d’entrée ou de sortie du méridien perturbé, libère l’émotion qui y est rattachée et soulage de manière magique le patient. Le plus dur est de bien cibler le problème et de bien choisir ses phrases.

 

Si l’on suit à la lettre la procédure enseignée par Gary Craig, le créateur de cette technique – en dépit que les résultats soient parfois spectaculaires – on se retrouve vite devant des échecs. La pratique effrénée de cet outil dissipera certaines causes, mais force est de constater que parfois, ça ne marche pas.

 

Je suis persuadé que beaucoup de personnes ont abandonné à cause de ces impasses. Si on ne persévère pas, si l’on ne cherche pas ses propres astuces, les résultats sont mitigés et parfois décevants. C’est pourquoi d’autres outils additionnels ont été ajoutés à l’EFT de base (technique du film, « Et si… » de Carol Look, la méthode des choix de Patricia Carringtown, etc.). Certains ont donné naissance à de nouvelles voies de traitement comme TAT (Tapas Acupressure Technique) de Tapas Fleming, Zensight de Carole Ann Rowland, BSFF (Be Set Free Fast) de Lary Nims, ou JeCommande de Sophie Merle, etc.

 

Robert Smith, lui, a balayé la notion de méridiens de son approche. Pour lui, il n’y a pas de défaillance ou de dérèglement énergétique en nous, mais des processus mentaux qui se font dans notre tête. Tout se passe inconsciemment dans notre cerveau, qui ne fait que réagir à notre passé. Sa vision de l’esprit est mécaniste. Il est avant tout un PNL-iste.

 

Bien qu’il utilise le taping pour libérer des émotions, il ne s’agit pour lui que d’un vecteur sensoriel qui sert à relaxer l’individu et à parasiter le cerveau, alors qu’il est en train de revivre un souvenir.

 

Pour prouver que le taping n’est pas une histoire de méridien, il nous montre qu’il est possible d’évacuer une mémoire douloureuse sans même toucher la personne, et sans même évoquer de quelconques points d’acupuncture.

 

Il demande à quelqu’un de l’auditoire de cibler un souvenir encore vivace aujourd’hui. L’un d’entre nous en a un. Il en est encore perturbé à ce jour. Il est alors prié de se lever et de s’installer sur la chaise haute à côté de lui. On lui place un micro portable. Et Robert nous montre comment, sans rien connaître de sa problématique et sans même le toucher, il change sa mémoire. Le secret ? Le faire revivre son souvenir, puis le faire revenir alternativement ici, dans le présent, dans la pièce. Il le fait à plusieurs reprises. Sa mémoire change alors subtilement. Le participant est déboussolé, heureux et ne comprend pas comment cela est possible.

 

Les méridiens ne sont qu’histoire ancienne.

 

L’auditoire est captivé. De mon côté, j’ai plus l’impression d’assister à un séminaire de P.N.L. Une copie de Richard Bandler, son cofondateur.

 

FASTER EFT est donc basé, comme de nombreuses thérapeutiques, sur le principe que l’origine de nos maux se trouve dans notre passé. Au fond de nous, ces souvenirs hantent notre présent, consciemment ou non, et nous empêchent de vivre sereinement. Le comble, c’est que nous tenons à ces souvenirs parce qu’ils nous donnent une identité. En les défaisant, nous avons peur de nous perdre.

 

L’objectif est donc de vider ces placards de vieux souvenirs.

 

 

 

Mais quand même…

Malheur ou bonheur, nous sentons les choses et notre cerveau imprime tout, en bon ou en mauvais. Le mauvais, c’est quand il met en mémoire des sensations qui n’ont rien à voir ensemble, telle cette femme qui se plaint de ne trouver que des compagnons alcooliques et chez qui, Robert découvre, au fil d’une consultation, que son cerveau avait associé l’haleine alcoolisée de son grand père et l’amour incommensurable qu’elle portait pour lui, quand gamine, elle était assise sur ses genoux alors qu’il buvait un verre de vin. Son addiction était un amalgame inconscient entre l’amour et l’haleine alcoolisée. En cherchant l’odeur du vin dans l’haleine, son cerveau revivait ce bonheur passé.

 

Robert fait un geste avec ses mains, comme si deux anneaux s’emboitaient : « Mauvaise association ! »

 

L’acte thérapeutique est de défaire ces associations, en libérant la mémoire. Comment ? En tapotant. En perturbant le cerveau. Ça ressemble à de l’EFT, mais l’interprétation du geste n’est pas la même.

 

Robert a réduit le tapotement à quatre points : racine du nez, coin de l’œil, sous l’œil, puis sous la clavicule. Il termine en tenant le poignet avec l’autre main, un petit soupir et « peace » (paix). Ce mot, tel un mantra, nous l’entendrons régulièrement tout au long du séminaire lors des séances en direct, à chaque fois qu’un participant sera à l’avant de la scène avec Robert.

 

Tout ce que Robert a décrit est logique. Et tout praticien chevronné en arriverait exactement aux mêmes conclusions. Pour moi, rien de nouveau. Quant aux tapotements, j’ai été plus drastique : je n’utilise plus qu’un seul point. Je cherche celui pour lequel le patient réagit le mieux.

 

 

 

Quelle est la cause de tous nos maux ?

Robert Smith se tourne vers le tableau et y griffonne un ou plusieurs schémas. On sent qu’il les a déjà couchés sur papier des milliers de fois. Les traits ne sont pas prétentieux, mais les idées sont claires.

 

« Je vais vous dire pourquoi nous sommes malades », dit-il. « Nous sommes malades parce que nous sommes nés. »

 

Dès notre naissance, notre cerveau emmagasine tous les souvenirs. Nos expériences vont conditionner notre relation au monde. Ce que nous sommes, ce que nous croyons, ce que nous faisons et tous les problèmes que nous avons ont pour origine le cerveau et les associations qu’il va élaborer. La matière première de tout cela sont nos souvenirs.

 

Tout comportement n’est donc qu’une réaction parfaite de notre cerveau à quelque chose qu’il a déjà vécu. La cause de nos problèmes est donc à chercher dans nos souvenirs.

 

Il me semblait que le Matrix-reimprinting disait la même chose.

Mais si l’on cherche la raison de tel comportement, si l’on cherche le souvenir exact qui a engendré un type particulier de réaction, de toute évidence, on se perd. Le « pourquoi » n’est pas la bonne question. Cherchez plutôt COMMENT vous faites pour savoir que vous avez tel ou tel problème ? Décortiquez le processus que vous mettez en place pour obtenir ce que vous faites ou ce que vous subissez. Vous découvrirez qu’à la base se trouve une perception.

 

Tapotez en revivant cette perception et tout le processus se dénouera au fil de la séance.

 

Pas évident, n’est-ce pas ? Alors Robert va plus loin.

 

 

 

Nos projections

Robert balaye des yeux la salle et demande lentement « WHOOO HAVE THE PROBLEM ? » Ici ou là, les gens projettent leurs mécontentements sur les autres, mais qui a vraiment un problème ? « Qui ressent ? Qui trouve cela bien ou pas bien ? Qui se sent mal ? Vous et uniquement vous !  C’est votre problème. Pas celui de votre conjoint ou de votre voisin. »

 

Un jour, Robert reçoit le coup de fil d’une de ses patientes. Elle déteste son mari. Robert a alors demandé par téléphone de lister tous les griefs qu’elle avait contre lui, puis de venir au cabinet. Il a travaillé sur chaque critique, une après l’autre. La femme s’offusqua : « Mais ce n’est pas moi qui ai un problème !? C’est lui qu’il faudrait traiter ! », « Oui, oui, mais commençons par vous ! » répondit-il. Elle revint un mois plus tard, enchantée et étonnée. C’est bizarre, depuis la dernière consultation, son mari a complètement changé. Il n’est plus le même. Comment était-ce possible ?

 

Robert nous regarde à nouveau et nous interroge : « WHOOOO ARRE YOUUUUU ? ». Qui êtes-vous ?

 

En insistant sur cette question, nous revivons des souvenirs du passé. Si je cherche à savoir qui je suis, apparaissent quelques bribes de souvenirs. Certains sont bons, d’autres sont inconfortables. Le plus fou, c’est que mon corps y réagit encore maintenant. Je peux sentir à nouveau la plaie sur le genou qui colle au drap, le lendemain d’un match de foot. Je peux revivre cette gêne lorsqu’involontairement j’ai provoqué la chute d’Alain, mon meilleur ami à l’époque, sur la tranche des marches de l’escalier du préau. J’étais en quatrième. Tout est là, au fond de ma mémoire.

 

Nous sommes le résultat de notre histoire. Et en règle générale, nous ne retenons de notre histoire que les évènements pénibles. C’est pourquoi Robert nous invite à tenir notre propre journal du bonheur. Listez tous les souvenirs pénibles. Revivez-les, puis tapotez jusqu’à apaisement, un item après l’autre. Listez ensuite vingt évènements heureux dans votre vie. Revivez-les et tapotez en même temps.

 

Il insiste pour que nous le fassions parce qu’il est préférable de retenir de notre histoire les souvenirs positifs et heureux. Sinon, nous cultivons involontairement tristesse et refoulements. Aucun miracle.

 

 

 

L’A.R.T. du changement

Nous avons soif de percer les secrets de Robert. Alors il va nourrir notre mental en inscrivant trois lettres au tableau : A pour Aiming (cibler), R pour Release (libérer) et T pour Transformation, formant le mot A.R.T. Voici le résumé. La substantive moelle : Cibler, Libérer et Transformer. C’est ce qu’il appelle l’A.R.T. du changement.

 

Il ne reste plus qu’à l’appliquer à l’histoire de l’individu : à voyager dans son passé, y libérer les boulets ; à revenir au présent, ressentir les changements ; puis se projeter dans le futur et vivre pleinement ce qu’on aimerait plus que tout.

 

Cependant, je dois vous le dire, le véritable art du changement, ce n’est pas de cibler, de tapoter et de générer le changement, comme il le laisse croire, mais la manière toute particulière de poser les bonnes questions pour arriver à la cause primale du problème. Robert nous en livre : « Que désirez-vous ? », « Comment savez-vous que vous avez ce problème ? », « Avez-vous déjà fait cette expérience auparavant ? », « Avez-vous déjà été confronté à ce problème auparavant ? », « Connaissez-vous quelqu’un qui en a fait l’expérience ? », etc. Ces mêmes questions qui permettent de décortiquer COMMENT le cerveau fait pour faire ce qu’il fait. Voici le secret de Faster EFT !

 

Rapidement, il est possible de mettre en évidence des liens clés dans l’esprit du patient. Il ne reste plus qu’à tapoter.

 

Le reste de l’auditoire est littéralement captivé par les propos de Robert. La plupart  tentent de retenir le maximum. Certains ont peur de tout oublier. Ils notent tout. Parfois mot à mot. Moi, je m’ennuie. Ce n’est pas prétentieux, mais je m’attendais à voir autre chose que de la P.N.L.. Ma feuille reste tristement vierge. Ce n’est pas le cours qui m’intéresse, ce sont ses séances. Heureusement, je vais être servi pour les deux jours qui suivent.

 

 

 

Robert traite des volontaires devant nous

Le lendemain et le surlendemain sont destinés à des cas pratiques. Chaque séance dure environ une heure et demie, après quoi il détaille certains points. Chaque journée passera donc vite, mais chaque intervention pratique est à mourir d’ennui quand on regarde de l’extérieur.

 

L’une des participantes souffre du dos depuis quarante ans. Elle ne peut plus se redresser. Robert pose la question « que s’est-il passé dans ta vie à ce moment-là ? » (étonnamment, aucun thérapeute auparavant n’a pensé à poser cette question toute simple). La mort de son père. Ils partent donc dans ce souvenir et nettoient toutes les émotions difficiles. Petit à petit, la participante retrouve une plus grande mobilité. Son visage change littéralement. Le changement est manifeste. Elle témoignera le lendemain pour raconter ce qui lui est arrivé la nuit. (Robert l’a mis en ligne sur YouTube. C’est la vidéo juste en bas). C’est comme si elle était retournée dans le passé et avait réglé ce pan de son histoire. Elle se sent merveilleusement bien et n’a absolument plus mal.

 

 

Est-ce que ça tient dans le temps ? Nous ne le saurons pas. Avec mon regard professionnel, je le pense. Mais rien ne pourra me le confirmer.

 

Plus tard, Robert interroge l’auditoire. « Qu’avez-vous comme problème ? Que souhaiteriez-vous régler ? » Comme l’abus sexuel ressort plusieurs fois et qu’il s’agit d’un grand thème, fréquent, il décide de prendre le cas d’une des participantes qui a la conviction d’avoir vécu un abus sexuel, sans pour autant s’en souvenir.

 

Elle arrive au côté de Robert. Il lui pose les questions vues plus haut et commence à tapoter. Là, il tourne en rond, tapote à chaque nouvelle précision de la participante. Il demande des éclaircissements, puis tapote. Il réinterroge puis tapote à nouveau, etc. Au final, je reste persuadé qu’il n’a pas réglé son problème. Aucune transformation du visage comme l’invité d’avant. Aucun résumé n’en sera fait. Elle n’apparaitra à aucun moment sur YouTube.

 

Le dernier jour, nous n’apprenons rien de nouveau. Ce sera encore une journée démonstration. Pour terminer, il nous invite à poursuivre par une formation complète en trois niveaux. Chaque niveau dure une semaine, voire plus s’il faut un traducteur, et coute plus de 1 000 euros chacune. La prochaine session aura lieu à Budapest.

 

Il existe de par le monde de grands fans de FASTER EFT, avec un logo façon « Happyness » que l’on porte comme un étendard. En France, les gens ne sont pas aussi démonstratifs.

 

 

 

Est-ce vraiment nouveau ?

Oui et non.

 

Oui, parce que les taux de réussites semblent impressionnants et plus rapides. Mais bon… il faut placer dans le contexte : là, sous les projecteurs, devant une centaine d’yeux rivés sur vous, ce ne sont pas les mêmes conditions qu’en cabinet. L’effet de masse joue.

 

De plus, les vidéos diffusées sur la toile ne montrent que des réussites. Le reste n’apparaît pas. C’est normal, mais il faut le savoir. En pratique, en cabinet, ce n’est pas toujours aussi parfait.

 

Oui, parce que Robert Smith a élagué beaucoup de choses et en a fait un système clair et rapide, capable de modifier de manière percutante toutes ces associations mentales qui voguent quelque part dans notre mémoire.

 

Non, parce qu’il s’agit de P.N.L. au fond. Et Robert utilise particulièrement une technique très puissante appelée le « Switch », consistant à remplacer une image ou une sensation par une autre. D’ailleurs, Robert ne s’en cache pas : il a étudié la P.N.L. puis l’E.F.T. après, et d’autres variantes par la suite. En fait, il a fait un mélange. Mais quand je le regarde faire, j’y vois Richard Brandler dans toute sa puissance, et ce qu’il fait, c’est de la transe. Mais d’un autre côté, il faut comprendre que la maladie est une transe aussi. Alors forcément, toute guérison psychique passera par cet état. Le tapotement permet d’en sortir.

 

À ses débuts, Robert Smith n’avait pas appelé son approche ainsi. Il l’avait nommé OUT SMART STRESS (nom de domaine déposé en 2002), un nom cohérent, mais pas vendeur.

 

En 2008, grande tournure, son approche change de nom et s’appelle FASTER EFT. Intentionnellement ou non, ce nom est plus racoleur, attirant à lui tous les déçus de l’EFT, tous les curieux et tous les nouveaux clients de cette approche. Sauf que pour Robert Smith, EFT ne veut pas dire Emotionnal Freedom Techniques, mais Emotionnal Focused Techniques.

 

Du point de vue marketing, c’est un excellent tour de force : se présentant comme la suite logique et attendue de l’EFT classique. Je me demande juste s’il a reçu l’approbation de son auteur pour en utiliser son nom, déjà réputé commercialement.

 

 

 

Mon avis sur Faster EFT

J’ai vraiment apprécié l’approche de Robert. Il a débroussaillé pas mal de choses. Quand vous le voyez faire, vous vous dites que vous aussi, vous pouvez en faire autant.

 

Mais d’un autre côté, on sent sa retenue pour ne pas trop en dévoiler. Ce qui est un bon signe, puisque cela laisse supposer que la méthode est plus facile que ça en a l’air et qu’un mot de trop pourrait lever le voile et révéler le secret à celui qui sait lire entre les lignes.

 

Richard Bandler et John Grinder, fondateurs de la PNL, à leurs débuts, avaient fait l’erreur de dévoiler une vision très simpliste de la manière dont fonctionne notre cerveau sur le plan psychologique. Il était alors possible, en interrogeant habillement une personne, de comprendre les processus mentaux qu’elle avait mis en place pour générer tel ou tel trouble dont elle souffrait, puis de l’en libérer. Si vous savez comment une chose fonctionne, alors vous pouvez agir dessus. Vous pouvez la recréer et la défaire à volonté. Mais cette découverte était trop simple, et personne ne s’y intéressa. Ils décidèrent alors de créer de nouveaux mots, de rendre l’approche très complexe, difficile et d’en faire un pavé laborieux. Et vous savez quoi ? Eh bien ça a marché ! Les gens ont adoré !

 

C’est pareil en marketing : c’est triste, mais plus un article est difficile à déballer, plus vous lui accordez d’importance.

 

Robert Smith a fait le contraire : il a balayé les idées superflues, il est revenu à cette vision épurée en PNL, en ne gardant que quelques principes clés fondamentaux, et y a ajouté un simila d’EFT. Et c’est ce qui donne toute sa puissance.

 

Ma propre pratique et mes connaissances m’ont amené exactement aux mêmes méthodes de travail, sans avoir dû étudier toutes les formes d’EFT. Et j’ai été très agréablement surpris de retrouver certains outils que j’utilise moi-même. Pour un souci de formation personnelle, j’ai quand même envie d’en savoir plus et d’améliorer encore ce que je sais faire : aider les gens.

 

En tant que thérapeute, je retiendrai de ce séminaire trois astuces pratiques :

 

1 – Quand la personne revit son souvenir, lui demander d’augmenter la sensation. C’est astucieux parce que le tapotement est une technique avant tout émotionnelle. En amplifiant la sensation, on est certain d’être dans l’émotionnel.

 

2 – Bien libérer toute l’émotion d’un souvenir. Y rester jusqu’à ce que tout soit bien nettoyé.

 

3 – Faire un pont vers le futur. Se représenter et sentir ce qu’on voudrait être ou vivre dans 5 ou 10 ans, tout en tapotant. On ancre ainsi un objectif vers lequel le cerveau va tendre.

 

 

Bien qu’un peu déçu par ce séminaire, ce fut néanmoins une expérience enrichissante. J‘ai découvert, sans prétention aucune, que mes outils personnels – ceux que j’ai découvert et créé au fil de mes recherches – étaient déjà très pointus. Ma pratique et mon esprit pragmatique m’avaient emmené dans les mêmes sentiers, voire même plus loin. Mais peut-il en être autrement ? Pas vraiment. Nous fonctionnons finalement tous de la même manière. C’est pourquoi nous devrions arriver aux mêmes conclusions, non ?

 

J’ai quand même envie d’en connaître plus. De savoir comment il approche les addictions, ce qui ressort de ses consultations, etc. À cause de mon anglais pas très folichon, s’il y avait un cursus en français quelque part en Europe, nul doute que je le suivrai. Quoi qu’il en soit, quelle que soit la formation, rien ne remplacera la pratique, et je suis un praticien avant tout.

 

 

 

Wladislas BARATH

Profitez-en !

Inscrivez vous à ma newsletter. Vous serez ainsi informés de tous mes nouveaux articles dès leur parution et recevrez également le manuel complet d'E.F.T., une technique révolutionnaire pour se libérer des émotions toxiques.



A propos de l'auteur: Wladislas BARATH

38 Commentaires + Ajouter un commentaire

  • Merci pour ces informations que vous partagez avec générosité.
    Elles sont claires et utilisables.
    Il me semble que plusieurs méthodes et mêmes de nombreuses méthodes ou techniques peuvent tout régler mais dans la pratique, il n’y a jamais la garantie absolue de la guérison ni du définitif de la guérison.
    C’est là où nous apprenons l’humilité parce qu’en fait, nous ne guerissons rien, c’est le’malade’ qui se guérit et encore.
    Je dirai aujourd’hui que c’est La Vie qui guerit, c’est la Vie qui dirige même si on aimerait tout diriger.
    Voici ma réflexion d’aujourd’hui, qui va certainement évoluer comme nous tous.
    ML

    • Oui, ça peut être difficilement autre chose que les forces de Vie !

      Mes recherches montrent qu’il n’y a pas trente-six moyens de retrouver la santé. Mais la manière de l’aborder est personnelle et dépend de l’extrémité par laquelle ont commence l’exploration. C’est un peu comme les six sages qui décrivent l’éléphant dans l’obscurité : l’un le décrira comme un serpent parce qu’il palpe la trompe, l’autre comme un arbre parce qu’il tient le pied, un autre comme un fouet en tenant la queue, etc. Mais il s’agit du même animal !

      La spécialisation de chacun donnera tous ces points de vue disparates. Et tant qu’on ne liera pas toutes ces facettes, on ne verra pas le diamant qu’est l’Homme.

      • Merci pour tes réponses.
        Je suis tellement heureuse de sentir la présence de tous ces ‘trouveurs’ autour de moi, de tous ces pionniers de la conscience.
        Très belle continuation et au plaisir de recevoir tes nouvelles réflexions et celles d’autres.
        ML

  • pouvez vous je vous prie me décrire par le menu les points à tapoter de mon côté je vous ferai part de mes découvertes dans ce domaine merci bien à vous marylène

    • Je ne comprends pas votre demande. Les points sont décrits dans l’article.

    • Marylène, effectivement Wladislas nomme les points à « tapoter » dans son article: racine du nez, coin de l’œil, sous l’œil, puis sous la clavicule. Mais si on ne connait pas les points EFT (ce qui est peut-être ton cas), on ne sait pas les repérer.
      Pour cela je t’invite à aller par exemple sur la page du site EFT Universe de Jean-Michel Gurret, et de télécharger et imprimer la fiche suivante, afin de visualiser ces 4 points (parmi les autres)
      http://www.eftunivers.com/apprendre-en-ligne/la-recette-de-base-en-un-coup-d-oeil/
      Tu peux également télécharger le Mini guide EFT, pour découvrir la méthode initiale de Emotional Freedom Techniques, et comprendre les différences avec l’ART du changement de Robert Smith
      http://www.eftunivers.com/apprendre-en-ligne/

      L’article de Wladislas est comme toujours TRÈS intéressant et documenté, en plus de ses commentaires personnels. Pour autant, si tu as des émotions très douloureuses et bien ancrées, il n’est peut-être pas judicieux de te lancer toute seule dans ce type de processus, sur la seule base de cet article.

      Bien cordialement

  • Bon, moi je reste dubitative.
    Pour le moment il y a trop de choses qui me genent dans ces approches.
    Et je ne crois pas au fait que ce soit dans le cerveau que tout se joue bien au contraire.

    Quand au fait de se programmer pour l’avenir, ça me gene un peu quelque part aussi.
    Je n’ai pour le moment pas trop le temps d’approfondir le sujet, mais je reviendrai relire cet article et me documenter sur cette « technique » pour mettre tout cela à plat et me faire une idée plus etoffée du sujet.

    Merci en tous les cas pour l’article, ça commençait à me manquer!! 😉

    • C’est pas comme ça qu’il faut appréhender la chose : il faut l’expérimenter sur soi, et seulement après évaluer. Pas l’inverse ! 🙂
      Dans tous les cas, tu peux te fier à mon expérience. D’autant que je n’écris pas pour plaire, mais pour donner des repères fiables.

  • Merci Wladislas pour cet article comme toujours TRÈS intéressant et détaillé sur ton expérience de ce séminaire et ton opinion sur cette technique. Toutefois, pour en apprécier tout le contenu et la subtilité, il faut à mon avis être déjà sensibilisé ou avoir pratiqué l’EFT « classique » et/ou la PNL…
    Je te souhaite de très belles fêtes de fin d’année et plein de jolies choses, petites joies ou grand bonheur, teintés d’une belle énergie, tout au long de 2014, pour toi, ta famille et tes « followers »

    • En effet, j’ai écrit cet article pour ceux qui ont déjà suivi un cursus en EFT ou en PNL et qui hésitent à se former à FASTER EFT. Il n’y a aucun avis personnel en français sur la toile et je pensais que cela aiderait à certains d’avoir une opinion d’un professionnel.

      À te lire tu pratiques l’un et/ou l’autre. Qu’est-ce que tu fais ?

      De mon côté, j’ai tout de même acheté la formation complète en DVD, avec manuel. Pour apprendre l’anglais, j’ai enfin trouvé mon bonheur (en association avec un livre sur la grammaire anglaise). Je me régale 🙂

      Après réflexion, je conseille cette formation. Elle permet à ceux qui ne pratiquent pas assez d’acquérir une expérience phénoménale en très peu de temps. Et ça marche ! Je reste persuadé que le niveau d’efficacité peut vite atteindre des sommets pour n’importe quel praticien avec cette méthode. Tous les murs invisibles qui semblaient insurmontables s’évaporent avec une facilité déconcertante. Mais tout le monde en saisira-t-il sa subtilité ? Je ne sais pas.

      Je te souhaite aussi de merveilleuses réalisations pour cette belle et nouvelle année 2014. Merci de me suivre, ça motive 😉

  • L’an dernier j’ai essayé l’EFT après avoir trouvé un manuel PDF en français sur internet. Un manuel de 103 pages écrit par Gary Craig. Je n’ai probablement pas travaillé avec cette méthode assez longtemps pour que ça donne des résultats mais je sentais quand même qu’un travail se faisait.

    Cependant, en lisant votre texte ci-haut, me vient cette éternelle question que je me pose dès qu’il s’agit de fouiller dans son passé pour comprendre un problème, pour y voir que la cause est dans nos souvenirs.

    Peut-être y a-t-il quelque chose que je comprends mal mais voilà.

    Disons que nous sommes quatre enfants d’une même famille à vivre une situation particulière qui va affecter notre avenir. On constate que les quatre enfants n’auront pas les mêmes réactions et donc les mêmes problèmes plus tard. Normal, dira-t-on, chacun ayant déjà son histoire, son interprétation de son histoire et des moments de vie différents des trois autres.

    Si chacun subissait une psychanalyse, on ne manquerait pas d’arriver à cette situation commune qui les a troublé différemment. On pourrait dire alors qu’on a trouvé le problème d’origine et qu’il faut maintenant trouver comment chacun l’a interprété. Sauf que, pour y arriver, je pense qu’il faudra remonter plus loin pour savoir pourquoi chacun a été troublé par cette situation mais a réagi différemment… En fait, à chaque découverte d’un problème, faudra remonter encore plus loin pour savoir comment une situation donnée a pu en influencer une autre puis une autre puis une autre jusqu’à maintenant.

    C’est pourquoi, je me pose des sérieuses questions sur la pertinences des retours en arrière, sur les raisons de ces grattage de bobos. N’y aurait-il pas des solutions plus simples et rapides que ça (question que vous vous posiez vous-mêmes dernièrement)?

    • Non, pas forcément. Lorsqu’on travaille bien sur LE souvenir, qu’on épluche tous ses aspects, les résultats sont radicaux. Il faut le vivre pour y croire tellement c’est étonnant. Parfois, en cinq minutes, une croyance change du tout au tout. Quand ça arrive à soi-même, c’est déroutant. On se rend compte que finalement, pensées, émotions et croyances sont très futiles et ne tiennent pas à grand-chose. Mais il faut vraiment le vivre personnellement pour s’en rendre compte.

      Bien évidemment, on n’a pas toujours CE souvenir dès le début de la séance. C’est ici que le focusing prend ton son sens et il devient possible de remonter tranquillement à la source juste en défilant le fil qui lie le problème à son origine. Là, le tapping est l’outil royal.

      La sensibilité de chacun à un évènement dépend de ce que j’appelle « son imprégnation » : tout ce qui s’est joué avant la naissance de l’individu. Certains parlent d’ « empreinte ». Ce n’est pas un hasard si telle ou telle personne est plus sensible à une chose ou à une autre. Cela dépend de l’histoire des parents.

      Tout ce qui se joue pendant la grossesse forgera la personnalité de l’individu, lequel aura beaucoup de mal à le voir puisqu’elle fait partie de sa propre manière de fonctionner.

      Au-delà de ça, les ficelles qui semblent contrôler notre destinée proviennent de l’histoire généalogique. J’appelle cela l’histoire ancestrale (non pas au sens d’étoiles, mais au sens d’ancêtres). Ce n’est pas un hasard non plus si certains cherchent à éluder la destiné en analysant les étoiles…

      Du point de vue pratique, il est possible de défiler l’histoire jusqu’à la source véritable, même sans rien connaitre de la famille. Mais cela demande un détachement de son propre mental. Il est possible de reconstituer la scène et de la revivre à travers les sens. Mais ce n’est pas donné à tout le monde. Il faut un sacré lâcher-prise et comprendre qu’on n’est pas le mental, mais la conscience. Sans cette donnée, il est impossible de se déroger du temps et de l’espace pour voyager dans son histoire.

      Le praticien peut aussi voyager dans cette histoire. Apparaissent des brides d’images ou de sensations. Il m’est arrivé par exemple, de voir une scène précisément, alors que le patient ne connaissait absolument pas son histoire familiale, et de juste souffler à son oreille « le vent souffle » pour qu’apparaissent un flot de sanglots inattendu et totalement incompréhensible pour le patient. L’émotion ressurgit. Il ne reste plus qu’à tappoter pour purger cette charge émotionnelle et le tour est joué.

      Enfin, je suis comme vous. Je pense qu’il existe une méthode de guérison « miraculeuse ». Elle repose sur le même principe, mais englobe toute l’histoire, toutes les histoires. Il s’agirait d’une forme de jeûne proprioceptif. D’un jeûne sur le plan de la conscience. Une purge mémorielle qui permet d’agir à un niveau bien plus profond. Mes expériences laissent entrevoir un aspect minimaliste de la guérison. Mais nous en reparlerons ultérieurement.

  • Quelle réponse! J’aimerais bien être en France, j’irais vous voir.

    J’ai touché à la plupart des choses dont vous parlez ici. J’ai eu l’intuition de certaines autres. Par exemple, quand vous parlez d' »histoire ancestrale », ça m’a permis de comprendre certains «détours» rapides qu’on nomme génétique. Ce fut aussi un élément supplémentaire qui m’a permis d’argumenter encore contre la croyance à la réincarnation. Mais ça c’est une autre histoire.

    Tout ça me fait penser qu’il y a sûrement quelque chose de nouveau et de beau qui se prépare pour notre planète. C’est ce que je pense en tout cas quand je vois ces coïncidences et ces similitudes entre des personnes qui vivent à des milliers de kilomètres les uns des autres.

    Il y aurait tellement à dire sur ce que vous écrivez sur votre site et sur la réponse que vous me faites ci-haut mais ça serait beaucoup trop long. Je vous encourage à continuer parce que le monde a besoin de gens comme vous pour faire le pas suivant.

    Joyeuses Fêtes!

    • En effet, les histoires ancestrales permettent d’aborder les lois biologiques. Mais chercher à démontrer que la réincarnation est une erreur, c’est comme démontrer que l’intérieur n’est pas l’extérieur. Ne confondez pas la réalité extérieure avec la réalité intérieure ! L’un et l’autre sont réels, et l’un ne pourrait être sans l’autre. Mais ce n’est pas la même chose. Ce sont deux mondes différents. L’un est tangible, l’autre imaginaire, virtuel, mémoriel. Et c’est là toute sa puissance !

      Je rassemble actuellement mes notes et mes observations pour écrire sur le sujet. Ce qui m’intéresse, c’est l’aspect pratique de tout ça, et de pouvoir le partager.

  • Bonsoir,

    Dans votre article vous parlez de Bandler et Grinder. Je ne sais comment formuler ma question et encore moins si elle est pertinente, néanmoins je me lance :
    Il y a « deux versions » de leur méthode en bouquins ? Car évidemment la simpliste m’intéresse… Disons que j’ai les secrets de la communication et je le trouve fastidieux si on peut dire (c’est mon opinion et ça n’engage que moi). Disons que j’aime les bouquins qui vont droit au but sans trop de blabla et que peut être je suis un peu « longue » à la compréhension car j’aime comprendre à fond ce qui est présenté.

    J’espère avoir été claire….

    Merci de votre attention et de vos partages,

    • Le premier manuel en PNL a été complexifié pour adhérer au mental exigeant des psychothérapeutes des années 80-90. Les auteurs avouent qu’en fait, la technique est ultrasimple et est contenu dans une trentaine de pages, mais qu’alors personne y croit ! Du coup, ils ont préféré inventer des mots, etc. C’est important de le savoir.
      Bandler dans son dernier ouvrage est revenu à une vision minimaliste. Vous y trouverez votre bonheur.

      • Super !

        Merci beaucoup, je vais me le procurer.

  • Bonjour,

    Votre article très intéressant m’a fait découvrir deux méthodes dont je ne soupçonnais pas l’existence. Je me suis beaucoup documenté sur l’EFT traditionnel, avec l’abondante littérature disponible sur le net. Par contre faster EFT semble relativement peu connue.
    Si je peux me permettre, vous dites dans votre article qu’on rencontre vite sur des échecs avec l’EFT. Avez-vous essayé Faster EFT sur ces problèmes qui résistaient? Les avez vous résolu? Merci

    • Bonjour,
      Difficile, c’est au cours de ma carrière sur les patients que j’ai trouvé des impasses. C’est pourquoi je suis allé voir plus loin. J’apprécie particulièrement ces résistances parce qu’elles révèlent toujours des découvertes lorsqu’on s’y investit. Faster EFT est bien plus rapide. On ne tourne pas autour du pot comme on peut le faire en EFT. En ce sens, c’est assez nouveau.

  • Bonjo ur Wladislas,
    Article intéressant, merci pour se compte rendu de séminaire.
    Pour avoir suivi quelques séances de Faster EFT je peux dire que c’est très efficace. On m’ d’abord demandé de lister chronologiquement les traumatismes vécus. On est parti du premier et visité, revisité tant qu’il reste des émotions, sensations, sons… et libéré en tapotant, avec un ancrage de « sérénité » à la fin de chaque ronde.
    Je ne suis pas d’accord sur le fait qu’il dise que tout dépend du cerveau. Ayant développé une certaine sensibilité de mon champ énergétique, je sens quand ça bouge et que ça se ré-harmonise. Lors des séances de fasterEFT j’ai eu de forts ressentis dans le corps émotionnel encore plus forts que ceux vécus en EFT.
    Ceci dit à ma grande surprise, en deux séances et deux scènes traumatisantes (datant de plus de 20 ans) revisitées pendant 2 heures chacune, (ce qui est très éprouvant, mais ça vaut le coup de s’y affronter), j’ai lâché toute douleur et sentiment de colère, de honte, de culpabilité, de n’être qu’une merde, de mériter toute les merdes que j’ai vécu, les serrages de ventre et de gorge, les mains et les épaules crispées… bye bye! fini! Un beau cadeau cette technique!
    Voilà pour l’expérience que j’avais envie de vous partager. .
    Au plaisir!

  • Super cette article. C’est cool d’avoir des articles en français pour une fois.

  • Bonjour
    Moi j’ai essayé eft puis je me suis tourné vers faster-eft auprès d’une praticienne chevronnée mais aucun résultats après 3 ou 4 séances.

    • Ouaw ! Quelle expérience enrichissante. Peut-être l’indication n’était pas bonne…

  • Merci pour votre générosité, vos articles sont passionnants !

  • Je trouve votre article absolument dénigrant pour le FASTER EFT, et laisse sous entendre des choses malsaine à propos de Robert, comme par exemple le côté Marketing, si vous aviez fait des recherches avant d’inculper (ou en tout cas de poser des questions qui laisse douter les gens sur l’honnêteté de Robert), vous auriez appris que Robert revendique, et se félicite ouvertement de se « tour de force » marketing. il en rit même. De plus, il a bien contacté Gary pour lui demander l’autorisation, ce dernier à refuser, d’où le choix des initiales citées (Emotionel Focus Transformation), avec une explication longue sur le pourquoi de cette appellation (mettre le point sur le pouvoir incroyable de transformation émotionnelle du cerveau, son potentiel caché en quelque sorte..etc).
    D’autres exemple que vous citez genre discriminatoire, mais qui ne sont du qu’au manque d’informations sur le personnage et la technique, comme par exemple les emprunts à la PNL, Robert n’a jamais caché cela, il a encore une fois revendiqué que son approche est puissante et n’existe que grâce à la PNL, et la transe hypnotique, ce qu’il a découvert en 2001 et qui a été une révélation pour lui ( les problèmes, plus que des perceptions, ne sont en réalité, que des transe hypnotique, on rentre dans une transe malheureuse pour aller vers une autre transe.. cheminant un cercle infernal, qu’on verra comme problématique), il le dit clairement, sans la PNL, le FASTER EFT, n’aurait jamais vu le jour.

    Pour la démonstration sur l’abus sexuel, là aussi, ce n’est qu’une « démo », pour laisser entendre que la technique n’a pas été efficace, et qu’il a juste utiliser une cobaye pour le show sans prêté attention à son problème et pour finir ne va la diffusé sur youtube, genre il cache ses échec, mais peut on appeler ça « échec » ? alors que les traumas ont besoin d’innombrables séances ?
    Dire que les démos sont d’un ennuis total, franchement…dans n’importe quel séminaire ou formation, c’est la même chose avec les démonstrations, le signaler ici, c’est une mauvaise fois, normalement, les thérapeutes qui aiment ça, seront attentifs à comment il pratique pour s’enrichir, l’ennui n’a pas sa place dans se genre de configuration, et je le répète, dans n’importe quelle formation, les cas pratiques ont toujours la même énergie.
    Groso modo, ce qui ressort de votre article, c’est « encore une fumisterie américaine, un guignol, qui a mixé plusieurs approches pour en faire un machin marketing qu’il véhicule dans ses vidéos trompeuses, aux résultats non garantie sur le long terme (alors que lui même n’a jamais dit ça, les démos c’est juste des DEMOS, et il dit clairement aux volontaires qu’ils devront continuer le travail tout seul ou avec un praticien), en plus, il te balance trois niveaux inutiles, et très cher.. »

    Et le comble pour finir, vous dites que vous avez aimer, et que si vous pouviez vous aurez suivit les formations, il y a là un faussé entre ce que l’article laisse entendre, et votre conclusion, sans parler des petits piques sarcastiques du genre (je paraphrase) ‘aucun thérapeute n’a pensé à poser cette question toute simple » ou « moi aussi j’ai eu cette intuition, je ne tapote que sur un seul point..etc »

    En gros, je conclus, que vous un petit jaloux, et que vous auriez voulu être à sa place, et inventer une approche, vu que vous n’avez arrêté de vous comparer à ce qu’il ramener comme découverte, disant que vous êtes vous arrivez au même conclusion, et vous osez dire « si ce n’est plus ».

    • Pas du tout ! Je crois que vous faites une projection, comme d’autres le font sur Mr Smith (qu’il explique d’ailleurs très bien dans sa formation).

      Je respecte énormément Robert. J’ai visionné une très grosse partie de sa formation qu’il propose sous forme de DVD et j’apprécie son travail.

      D’autre part, même si mes sources semblent incomplètes, je me suis bien renseigné, et s’il faut ajuster quelque chose, je suis heureux que vous apportiez cet éclairage.

      Enfin, j’exprime ici mes impressions, quoi de plus irrationnel ! Et il m’arrive tout à fait d’aimer une chose et de ne pas aimer une autre partie de cette chose. Je trouve cela normal et pas choquant.

      Quant aux connaissances issues de mes propres expériences et de mes recherches, vous ne pouvez me demander de les nier sous prétexte que Monsieur Smith expose les siennes dans sa formation et qu’elles ne se correspondent pas. Et tant mieux si elles ne correspondent pas : cela fait avancer la recherche.

      Pour conclure, sachez que je suis heureux qu’il y ait des gens comme lui et comblé qu’il aide tant de personnes, mais je ne partage pas entièrement sa vision de l’être humain. Par exemple, pour moi, les émotions positives sont aussi aliénantes que les émotions négatives. De même, les émotions ne sont que des concepts mentaux. La réalité est quelque peu différente. Mais je ne voudrais m’étendre plus. Je suis en train de terminer un ouvrage pour transmettre tout cela.

      Pour le petit pic sarcastique, je visais en fait les thérapeutes avant Robert. Je m’étonne qu’aucun n’ait eu l’intelligence de poser cette question toute simple.

      Je vous invite à régler cette projection et à relire les paragraphes qui vous ont perturbé. Ils ne devraient pas vous blesser car finalement, chacun peut exprimer son opinion dans un cadre respectueux et personne n’est tenu d’avoir raison ou tort. Ma vision est plus orientée vers l’efficacité de nos représentations.

      • Merci pour l’article très intéressant sur FasterEFT et Robert Smith. Pour avoir étudié l’EFT, FasterEFT, Matrix Reimprinting et vu Robert à l’oeuvre à plusieurs reprises, je voulais souligner certains points:
        – L’EFT tout comme le FasterEFT n’a pas toujours de résultats et parfois il s’agit simplement de lien thérapeutique pas construit ou des troubles de l’attachement. Une approche clinique est parfois nécessaire et nous n’avons pas tous cette formation.
        – Gary a l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que l’EFT ne fonctionne pas pour tous, pas Robert.
        – Je trouve dommage la manière dont Robert dénigre le système énergétique (vieux de 5000 ans et l’EFT) surtout parce qu’il a peur que ce soir pris comme « secte » ou comme quelque chose de pas sérieux si on utilise le mot « énergie ». Il n’assume pas. Et Il devrait avoir de la gratitude pour Gary Craig. Au lieu de cela, il se traite de génie…Calme, calme égo de Robert.
        – Il y a des personnes qui ont de supers résultats en utilisant uniquement l’EFT bien que personnellement, je fais un mélange de FasterEFT et d’EFT Classique. (J’ai fait le niveau I de FasterEFT et l’ai invité à deux reprises à Bruxelles dont une des fois sur les dépendances et j’ai aussi la formation en vidéo)
        – Pour moi les meilleurs praticiens sont ceux qui travaillent sur eux-même.
        Tapotez ça marche! Ne faites pas attention aux guerres d’écoles ou d’égo, l’important est de faire votre propre opinion et d’utiliser ce qui vous sied.
        PS: Je suis au courant de cet article car Robert l’a posté sur le groupe « EFT en français » sur facebook. 🙂

        • Merci 😉

          Je ne savais pas qu’il avait posté sur facebook. C’est sympa 😉

          De mon côté, mes recherches montrent que c’est le mot énergétique en lui même qui pose problème. De même qu’ « émotion », « pensée », « mental », etc, voire même « quantique ». J’ai aujourd’hui une vision singulière qui donne des résultats surprenants. Il n’y a aucune inversion psychologique. De plus, tapoter les méridiens n’est pas l’origine de la réussite de la technique. Formuler n’est même pas indispensable. Vous voyez la chose !? Je découvre que nos anciens savaient tout ça. Les textes sacrées racontent la physiologie humaine dans tous ses aspects.

          Je suis un peu cachotier – parce que je ne vais pas au fond des choses ici – pour la simple raison que j’écris un ouvrage sur le sujet.

  • Bonjour,
    Je suis réflexologue et je m’intéresse à de nombreuses approches, dont certaines enrichissent déjà ma pratique, comme le Quantum Touch par exemple. Je pratique aussi un peu l’EFT, mais avec souvent la sensation d’échec après avoir remonté le fil des émotions négatives.Cette approche de Faster EFT m’intéresse. Est-elle compliquée à apprendre ? Le nombre de vidéos proposé sur le site de l’auteur se justifie-t-il ou bien y a-t-il beaucoup de redites ?

    Autre chose, vous évoquez la PNL en disant que l’approche initiale est plus simple. Avez-vous des livres à m’indiquer qui soient justement dans une forme d’épure ?

    Votre article est vraiment très bien écrit en plus d’être très intéressant, c’est agréable.

    • Bonjour,

      Il y a beaucoup de redites. Et quoi que l’on en dise, c’est pour moi du marketing. Pas forcément dans un but pécunier, mais pour rendre populaire la méthode.

      Une formation aura lieu bientôt. Elle sera traduite en français (c’est une première) : Formation Faster EFT en français

      Pour la PNL, le meilleur livre que j’ai trouvé est celui que je décrits dans un article.

      Merci pour votre appréciation. Ca ne plait pas à tout le monde. Certains laissent penser que je dénigre ce qui n’est absolument pas le cas. Je ne suis pas dans la critique négative, mais dans un processus de recherche et de partage. Merci de me suivre 😉

  • Merci pour votre article, vos témoignages et vos questionnements. Vos réflexions et vos pratiques croisent les miennes. J’ai relu avec soin votre texte et tous les commentaires et là surprise ! Pas un mot sur l’EMDR. Comment en pas voir FasterEFT comme une redécouverte de l’EMDR, qui, je le rappelle, a été créé par une PNListe. C’est de fait un mélange intelligent de techniques efficaces, au service du changement et de la guérison, que je pratique comme la plupart des thérapeutes avertis et multiformés. C’est pourquoi vous vous sentez si souvent en terrain connu.

  • Je suis une convaincue de ces techniques, (que j’ai introduites dans la vie de ma famille avec des résultats formidables) dont je vais suivre des formations en Belgique et en France. Auriez-vous la gentillesse s’il vous plait de m’indiquer les centres ou je peux effectuer une formation sérieuse de Faster EFT dans le but de rajouter cette technique à celles que je pratique ou pratiquerai. Merci ! Bien cordialement.

    • Pour Sabine Gibson,
      j’espère que ma réponse sera lue et qu’elle n’arrive pas trop tard.
      Vous avez la possibilité de vous former (EFT , PNL, Hypnose…) sur Montpellier avec Génération Formation.
      Il vous suffit de taper « Génération formation EFT » et vous accéderez à toutes les informations utiles pour vous inscrire.
      Pour avoir suivi auprès de cet organisme plusieurs formations je puis vous assurer de leur sérieux et de l’intérêt des enseignements proposés .
      Cordialement

  • cher Wadislas, avez vous déjà essayé le faster eft pour un sevrage au sucre ?

    • Bonjour,

      Oui, bien évidemment. Mais j’utilise des techniques personnelles plus rapides qui me permettent de dire qu’il est possible de se sevrer en quelques jours seulement.
      Bien évidemment tous les cas ne se ressemblent pas et il n’est pas possible de généraliser, mais les résultats montrent des sevrages bien plus courts que ce qu’on admet (8 semaines pour certains).

  • Bonjour,
    Je vous écris du Maroc ou il est très très difficile de trouver un bon ostéopathe. Homéopathe
    Voilà j’aimerais avoir votre avis sur mon cas car médecin m’a prescrit des antiinflammatoires mais je suis peu habituée des médocs donc je suis un peu réticente à les prendre.
    Début septembre j’ai fait une grosse crise d’angoisse .puis quelques jours plus tard sont apparues des douleurs au sein droit avec une à 2 crises d’angoisses que j’ai reconnu de suite, la douleur au sein droit partait de la limite avec le sternum donc je fais une écho mammaire pour enlever tout doute d’un éventuel cancer du sein .résultat rien d’anormal .
    Puis je n’ai plus eu mal au sein comme les fois précédentes mais 2 semaines plus tard alors que je me sens bien et pas du tout angoissée, je ressens de nouveau douleurs c’était surtout concentré sur le sternum d’ailleurs j’avais un doute qd à l’origine de la douleur au sein je ne savais pas bien expliquer l’endroit de la douleur.puis la je découvre donc que ça part bien du sternum (je découvre que ça s’appelle comme ca) la douleur me lance dans le dos, pression sur la poitrine ,
    Dans le faut du dos , aucune position ne me soulage.
    Médecin prends ma tension 11/9 tout à l’air bien niveau cardiaque. me prescrit une prise de sang pour voir mes réservés en fer j’en suis à 9 et me prescrit en médoc duoxol et du magnésium marin,
    Le duoxol me soulage lorsque je le prends pendant 2 jours, j’arrête pendant une journée et rebelotte à nouveau douleurs au sternum , haut du dos sensation de pression sur le sternum.
    Je reconduite médecin qui me dit qu’il y a une inflammation dc me prescrit anti inflammatoire et une pommade sauf que moi je veux connaître l’origine de la douleur je ne veux pas traiter les symptômes mais la cause.
    Donc la je suis en train de rechercher une alternatives aux antibiotiques inflammatoires.
    Qu’en pensez vous ?

  • Bonjour, ou en es l’écriture de ce livre ? j’aimerai beaucoup le lire.

    Cordialement

  • Bonjour, pour ma part, je pense que toutes les méthodes sont bonnes du moment qu’elles fonctionnent pour nous !
    A propos de l’égo de Robert, merci qu’il ait cet égo, car c’est peut être grâce à cet égo qu’il à la ténacité de diffuser cette super technique en voyageant a travers le monde, allez savoir !
    Et puis que ce soit de l’égo ou pas, Faster EFT est super efficace et en se répandant il aide des tas de gens à se sortir de leurs problèmes tout en faisant de la pub à l’EFT et inversement, tant mieux ! Robert et Gary sont des personnes précieuses comme toutes les personnes qui diffusent les techniques de soins dont nous avons tant besoin, et Caroline en fait partie.
    Après avoir fait tant d’années de Psy classique je dois dire au combien j’apprécie d’avoir accès à cette nouvelle compréhension du psychisme, gratuitement grâce à internet, et aux personnes qui la diffuse, alors Faster Pnl CNV auto-hypnose EFT TAT etc bien venue dans ma vie!
    Merci à vous ! 🙂

Laisser un commentaire

Bienvenue

Vous trouverez dans ce blog des informations relatives à mes recherches thérapeutiques. Il s’agit donc d’un partage de connaissances. J’ai voulu cet échange bref. Les informations sont courtes. Elles vont à l’essentiel et sont des portes que vous êtes libres de franchir ou non. A vous d’aller voir au-delà.

Faites-le maintenant :

Inscrivez-vous à ma newsletter

et recevez gratuitement le manuel complet pour libérer les émotions toxiques et vivre la vie de vos rêves !

Manuel EFT de Gary Craig

Rejoignez-nous !

Vous êtes actuellement 25215 personnes de tous les continents à suivre mes articles. Je suis heureux de découvrir qu'un peu partout sur la planète, d'autres personnes cherchent, comme moi, une médecine à la fois plus saine, plus écologique et plus respectueuse de l'être humain, et je suis fier de pouvoir contribuer, à mon niveau, à cette demande.

A méditer :

Dans le domaine des pathologies, la manière de penser du "malade" est la maladie première qu'il convient de guérir.

de Serge Fitz, dans Les CAPACITÉS FANTASTIQUES de la CONSCIENCE, éditions Vega 

Mes lectures du moment

André Charbonnier_Festen Mode d'emploi
Byron Katie_AIMER CE QUI EST_4 questions
S'éveiller à la surconscience par Swami Kriananda

UA-28721965-4
Lire les articles précédents :
Incrédules, accrochez-vous ! Voici comment guérir, cette fois, AVEC RIEN : le jeûne, thérapie de demain.

    Parce qu’une image vaut mille mots, voici une superbe vidéo sur autre thérapie, dans la lignée de mon...

Fermer